×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Médicaments génériques
Un marché à 2,5 milliards de DH

Par L'Economiste | Edition N°:3968 Le 14/02/2013 | Partager
Il double en 12 ans
Encore du potentiel à conquérir

Alors que les génériques représentent 30% du marché privé du médicament, les professionnels estiment que le véritable potentiel est plutôt de 61%

Les médicaments génériques ont incontestablement contribué à l’augmentation de l’accès aux soins et à la maturation du secteur pharmaceutique. A fin 2012, le marché du médicament privé a généré un chiffre d’affaires de 8,2 milliards de DH. Lorsqu’on y ajoute les produits hospitaliers et les appels d’offres publics, le marché global du médicament est de 11,5 milliards de DH, soit 3 fois moins que la téléphonie. La consommation de médicament reste ainsi très faible au Maroc. Techniquement, chaque habitant consomme moins d’1 DH par jour de médicament.  Cependant, la consommation a augmenté depuis l’an 2000. Alors que les Marocains ne consommaient pas plus de 172.000 unités à cette époque, l’année dernière, se sont 289.345 unités qui ont été vendues. En valeur, le chiffre d’affaires de la profession a été multiplié par 2. Selon une étude du cabinet IMS, la part des médicaments génériques est de 30%, soit 2,5 milliards de DH. Un chiffre relativement faible selon les professionnels, puisque le potentiel estimé des médicaments généricables est de 5 milliards de DH. «Il reste à conquérir un marché de 2,5 milliards de DH», explique Reda Hajoui, secrétaire général de Cooper Pharma. Cependant, tous les médicaments ne se prêtent pas à cette technique. Le préalable est l’importante différence de prix entre le princeps et le générique. Ainsi, des médicaments comme les extraits thyroïdiens et les corticoïdes topiques sont écartés de fait. «Les laboratoires qui ont lancé des génériques pour des médicaments ayant déjà des prix bas rencontrent de grandes difficultés», note Hajoui. Le soutien aux médicaments génériques fait partie de la stratégie du ministère de la tutelle. La réduction des prix de 320 médicaments effectuée l’année dernière rentre dans ce cadre. Cependant, cette tendance cache un véritable problème. «Plusieurs officines rencontrent des difficultés financiers. Nous ne pouvons plus réduire les prix des médicaments au détriment des professionnels», souligne El Haussaine Louardi. Le ministre de la Santé pousse encore plus loin son soutien aux officines. Il s’attaque avec ardeur à l’entreprise Allo Médicaments à domicile. Pour lui, cette structure qui livre les médicaments est hors la loi et des mesures devraient être prises pour limiter son activité.  Concrètement, cette société est en contradiction avec les dispositions de la loi 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie, notamment ses articles 28 et 30.


IL. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc