×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Objectifs du Millénaire post-2015
Louafa s’en prend aux rapports internationaux

Par L'Economiste | Edition N°:3960 Le 04/02/2013 | Partager
Ils portent atteinte à l’image du pays, selon lui
Le Maroc lance les consultations
Les propositions soumises à l’ONU avant fin mars

A deux ans de l’échéance des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) fixés par les Nations Unies, le Maroc a entamé la réflexion sur ce qu’il doit proposer pour l’après 2015. Au tour de la table, Mohammed Najib Boulif mais aussi des représentants de la société civile, du HCP et de l’ONU. Pour le ministre, «le lancement des consultations sera l’occasion de permettre aux couches défavorisées d’émettre leurs avis sur les domaines qu’ils considèrent prioritaires». Le Maroc a trois mois pour faire ses propositions aux Nations Unies. Un rapport sera présenté au Secrétariat du Groupe des Nations Unies en mars 2013. Il doit comprendre des propositions autour des stratégies sectorielles lancées au Maroc. Au menu également, des consultations régionales. Parmi les thèmes qui seront abordés figurent les inégalités de genre, les conditions de travail, la protection sociale, la migration le changement climatique,… En attendant les propositions, Najib Boulif a saisi l’occasion pour rappeler l’état d’avancement des OMD au Maroc. «Les progrès sont considérables. Preuve en est, la mise en place de l’INDH et du RAMED», a-t-il indiqué. Pour le confirmer, le ministre a fait valoir le rapport réalisé par le HCP en 2010 sur l’état d’avancement de la réalisation des ces objectifs. Le document avait révélé que le Maroc a réalisé des progrès substantiels au niveau de l’accès des populations à l’eau, à l’électricité et au logement, avec des taux exceptionnellement élevés.
Mais dans ce consensus, le ministre de l’Education nationale, Mohamed Louafa, présent également, a jeté un pavé dans la mare. Il s’est dit «indigné par les rapports internationaux sur le Maroc qui portent atteinte à l’image du pays et au sentiment du peuple marocain». C’est pourquoi, il a appelé «les organisations internationales à arrêter de publier de tels rapports». Concernant les propositions du Maroc pour les futurs OMD, Mohamed Louafa a mis l’accent sur des secteurs vitaux comme l’éducation, la santé et l’habitat. «Ces sont des secteurs où l’on injecte des fonds et sans s’attendre à un retour sur investissement», a-t-il dit. Rappelons que la décision d’impliquer le Maroc dans la réflexion OMD-post 2015 s’explique par les différentes réformes qui ont été lancées ainsi que par la qualité de ses institutions. Pour Bruno Pouezat, coordonnateur résident des Nations Unies au Maroc, « l’expertise dont disposent les institutions gouvernementales et non gouvernementales permet au Maroc d’accomplir la fonction de consultant».

Programme

 

Le Maroc dispose de trois mois pour formuler ses propositions aux Nations Unies. Celles-ci feront l’objet d’un rapport qui sera présenté au Secrétariat du Groupe des Nations Unies pour le développement en mars 2013. Des rencontres avec la société civile, les institutions du gouvernement et les médias sont au programme. Figurent également à l’ordre du jour des consultations régionales. Sur le plan national, les participants aux différentes rencontres devront faire des propositions autour des stratégies sectorielles qui ont été lancées au Maroc.

Hajar BENEZHA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc