×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Tanger: Le CRI atteint sa vitesse de croisière

Par L'Economiste | Edition N°:1813 Le 16/07/2004 | Partager

. Le nombre de créations d’entreprises a explosé au mois de juinC’est un mois de juin fructueux pour le centre régional d’investissement de Tanger-Tétouan. Le nombre d’entreprises créées a atteint 38, soit plus de quatre fois le score réalisé lors de la même période en 2003. Le directeur du centre, Mohamed Yacoubi, attribue cette progression au rodage de la mécanique et à la mise en place d’une campagne d’information réussie auprès des «prescripteurs» que sont les fiduciaires et les experts-comptables. «Nous avons tenu plusieurs réunions d’information avec ces collectifs en vue de les informer et les sensibiliser sur les avantages de s’adresser au CRI», explique Yacoubi. Il s’agissait en fait de lever les malentendus qui faisaient que certains fiduciaires voyaient dans le CRI un concurrent. «Nous leur avons démontré le contraire», affirme le directeur du centre. La situation serait actuellement en train de se renverser, les créateurs d’entreprises se seraient rendus compte des avantages que l’on peut gagner en passant par le CRI, selon Yacoubi. Actuellement, la part de créations issues des fiduciaires a atteint les 47%, suivie par les particuliers avec 42%. Les experts-comptables et les notaires arrivent en queue de peloton avec 8 et 3% respectivement. Concernant le guichet de l’investissement, ce dernier a connu une régression en matière de créations passant de 198 pour les six premiers mois de 2003 à 146 pour la même période de 2004. Par contre, le montant des investissements a connu une hausse importante passant de 3,75 milliards de DH durant le premier semestre de 2003 à 5,46 milliards en 2004. Ce qui s’explique par une plus grande sélectivité et rigueur au moment de l’approbation des projets, note Yacoubi. En particulier certains projets présentés en tant que “touristiques” relèveraient en réalité de l’immobilier et ont donc été refusés par le CRI. En 2003, 37 projets du secteur touristique ont été approuvés, contre 14 seulement en 2004. En matière d’investissements, même si le nombre de projets a baissé, celui des investissements a été multiplié par cinq passant à 2,76 milliards de DH. Dans le domaine des services, par contre, la tendance est inversée, passant de 23 à 32 entreprises. Le nombre d’emplois à créer reste néanmoins stable, avec près de 7.000 postes. Par localité, c’est toujours le pôle tangérois qui regroupe l’essentiel des dossiers d’investissement avec 83% des demandes, suivie de Tétouan 22% et Chaouen 11%. De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc