×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    602 millions de DH injectés dans l'infrastructure rurale

    Par L'Economiste | Edition N°:301 Le 23/10/1997 | Partager

    La KFW a accordé trois lignes de financement d'un montant de 109 millions de Deutschmarks, soit environ 602 millions de DH. Cette enveloppe est destinée à l'ONEP et à l'ONE pour financer des projets d'infrastructure dans le monde rural.


    «Je veux exprimer un regret malgré cette joie: les choses ne vont pas vite à notre goût». Par cette réflexion formulée à l'occasion de la signature de trois conventions de financement, Mme Doris Köhn, chef de la Division Maghreb au sein de la KFW, institution allemande de développement, veut imprimer un rythme plus rapide à l'exécution des projets.
    L'ONEP a tiré le jack-pot: des trois lignes de financement que la KFW vient d'accorder au Maroc, deux sont consacrées à l'ONEP. L'une concerne un prêt de 67 millions de Deutschmarks, (environ 369 millions de DH). Ce prêt a été accordé à un taux d'intérêt de 0,75% étalé sur une période de 40 ans avec un délai de grâce de 10 ans. Il est destiné à financer le système d'adduction d'eau potable dans la région du Loukkos. «Nous voulons installer l'ossature dans une première phase, précise Mme Köhn. Nous projetons de brancher les douars limitrophes par la suite». Elle a indiqué que cette ligne s'inscrit dans la droite ligne de soutien qu'apporte l'Allemagne à l'ONEP pour qu'il puisse continuer de jouer son rôle.

    Suivi des projets


    L'autre ligne accordée à l'Office de l'eau potable est un don de 32,5 millions de Deutschmarks, (environ 178 millions de DH). Ce montant est destiné à financer le projet d'installation de systèmes d'assainissement dans 12 petits centres ruraux. Cette subvention couvrira le coût du programme à hauteur de 70%. Les 30% restants seront à la charges des communes qui chargeront l'Office de la gestion et de la maîtrise d'ouvrage. Un accord a été conclu avec les communes de ces 12 centres qui se sont engagées à contribuer au financement de cette opération. Elles seront donc propriétaires des réseaux d'assainissement.
    Ce projet d'assainissement concerne Ben Ahmed, Dar Gueddari, El Gara, Guelmine, Kelaât M'Gouna, Laâroui, Outat El Haj, Rissani, Sidi Mokhtar et Zaio. Le douzième attributaire, Tagadirt Naabadou, est exceptionnellement une association dans la province d'Agadir, a précisé Mme Köhn. Les destinataires de ce don ont été choisis en fonction de critères précis, souligne-t-elle. «Il faut que le centre ait bénéficié par le passé d'un financement allemand pour l'adduction de l'eau potable. Par la suite, l'existence de graves problèmes d'assainissement», confie la représentante de la KFW. Autre critère: les communes se sont engagées sur leur quote-part. Pour M. Lahoucine Tijani, secrétaire d'Etat chargé de l'Environnement et directeur général de l'ONEP, cette coopération s'est avérée fructueuse. Il a espéré la conclusion d'autres accords avant la fin de cette année.

    L'ONE a eu également sa part du gâteau. L'Office s'est vu attribuer un don de 10 millions de Deutschmarks (55 millions de DH) destiné à financer un projet d'électrification rurale au système photovoltaïque. «Cette opération concerne les douars qui n'ont pas de chances d'être raccordés au réseau de l'ONE», a ajouté Mme Köhn. Selon elle, les bénéficiaires doivent prendre en charge une partie du coût de réalisation de ce système. Le reste provient d'une subvention à travers un fonds évolutif, dont une surtaxe du PERG garantira la pérennité. La création de la structure, l'installation et le service après-vente seront confiés au secteur privé. Un appel d'offres sera lancé dans ce sens et les soumissionnaires doivent assurer les trois fonctions.
    L'originalité de cette opération, a confié M. Driss Benhima, directeur général de l'ONE, réside dans le fait qu'il y aura un suivi et une maintenance. Selon le ministre du Transport, de la Marine Marchande, du Tourisme, de l'Energie et des Mines, ce projet n'est pas uniquement un don d'acquisition de matériels comme il y en a eu et dont beaucoup se traduisent sans lendemain. Il a cité l'exemple des éoliennes installées sans aucun suivi. A ses yeux, ce projet englobe également un volet pédagogique puisque les po-pulations sont appelées à participer.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc