×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Télécoms: Le trafic explose sur Internet

Par Amin RBOUB | Edition N°:5738 Le 10/04/2020 | Partager
L’effet confinement fait battre des records de consommation
Télétravail, e-enseignement, jeux en ligne, Iptv, streaming... saturent la bande passante
Comment les 3 opérateurs gèrent le pic du trafic

Les télécoms n’ont jamais été aussi indispensables, voire un service de 1re nécessité, qu’en ces temps de confinement sanitaire et de crise Covid-19. La pandémie a démontré au monde entier que les infrastruc­tures télécoms sont plus que jamais indispensables au fonctionnement des Etats, des administrations, des entre­prises, l’éducation-enseignement ou encore la vie en famille.

telecom-internet-038.jpg

Certes, le télétravail et le télé-enseignement consomment la Data avec profusion. Mais ce sont surtout les loisirs et la Télé sur IP qui sont les plus gourmands en bande passante. Les opérateurs assurent qu’ils s’activent pour paramétrer et ajuster en permanence les capacités des réseaux (Ph. L’Economiste)

Les services télécoms ont aussi démontré leur rôle majeur dans le maintien du lien social et la solidarité tout en respectant la distanciation. «La centralité des télé­coms ne s’est jamais affirmée avec autant d’évidence qu’en ces temps de confinement et d’hyperconnexion», fait valoir Alioune Ndiaye, DG d’Orange Moyen-Orient et Afrique.

Quoi qu’on dise, les opérateurs ont un rôle socio-économique capital en temps de crise. Or, cette situation ex­ceptionnelle se caractérise également par une explosion de la demande et de la consommation de la bande pas­sante. L’effet confinement se traduit non seulement par des records d’af­fluence et des pics de consommation jamais atteints, mais aussi des cycles de congestionnement, voire saturation des réseaux.

Contactés par L’Economiste, les trois opérateurs confirment une «surconsommation de la data et des taux record de connexion». A situa­tion exceptionnelle, mesures excep­tionnelles! Que ce soit Inwi, IAM ou Orange, les 3 opérateurs assurent «que leurs réseaux, aussi bien fixes que mobiles, sont correctement di­mensionnés pour faire face à de tels afflux de connexions».

De l’avis d’in­génieurs télécoms, les goulots d’étran­glement se situent davantage du côté des serveurs, comme en témoignent les difficultés rencontrées par les ser­vices en ligne mis en place par l’Edu­cation nationale qui, pris d’assaut, ont parfois bien du mal à répondre. A l’origine de cette situation, une forte accélération des connexions et une explosion de la demande de conte­nus différents sur Internet.

Certes, les salariés d’entreprises déployés au télétravail consomment une infinité de data (en connexion et transferts) mais il y a aussi le télé-enseignement généralisé à domicile. Les élèves du primaire, ceux des collèges, lycéens et étudiants se connectent tous de manière simultanée tout au long de la semaine. De l’avis de spécialistes, ce ne sont pas ces catégories qui consomment le plus.

«Les loisirs et la TV sur IP sont les plus gourmands en bande passante». Il y a aussi et sur­tout tous ceux qui consomment des jeux en ligne, les réseaux sociaux, le streaming, téléchargent des films, Netflix, des vidéos, capsules… S’y ajoutent tous les services et presta­tions qui passent par la voie digitale (e-learning, canaux d’informations et médias format E-papers, visioconfé­rences, événementiel digital, social media…) Autant de contenus qui font exploser les compteurs auprès des opérateurs.

Face à ces pics historiques jamais atteints dans les annales des télécoms au Maroc, les trois opérateurs gèrent tant bien que mal la continuité de service. Sachant qu’un appel ou une connexion Internet en télémédecine par exemple peuvent sauver des vies de patients atteints du Coronavirus ou autre pathologie. Si les télécoms per­mettent de sauver au moins une vie au Maroc, c’est un grand acquis pour tous.

                                                                                           

■ Orange: «Des records de débit sans précédent!»
La filiale marocaine du groupe Orange confirme aussi le pic de trafic: «Chaque jour, le volume de data, que supportent les réseaux, croît de façon significative depuis l’état d’ur­gence sanitaire. Nous avons atteint des records de débit data jamais enregistrés, soit plus de 30% de consommation de data sur notre réseau. L’uti­lisation de la voix IP croît elle aussi de manière significative au détriment de la voix». Face à cette situation, Orange continue à augmenter les capacités réseaux et de puiser dans les réserves de ressources existantes afin d’assurer la conti­nuité de ses services avec une qualité optimale... Nos équipes, notamment techniques, sont mobi­lisées pour assurer la qualité et le bon fonction­nement des services». Ces éléments ont permis aux équipes d’Orange d’être réactives dès l’ex­pression des premiers besoins de nos clients que ce soit en termes d’augmentation des capacités de leur connectivité, de solutions de connectivité sécurisées pour accompagner l’adoption du télé­travail, ou encore solutions de notification mas­sives par SMS. Selon le management d’Orange: «La demande a été et est encore très forte. Ce qui a mis à rude épreuve nos équipes dans les chaînes d’activation de services. Cette demande présente 3 caractéristiques: elle est subite, tem­poraire et sa durée est incertaine». La capacité d’Orange à absorber les pics de consommation est importante sur le plan opérationnel et tech­nologique. Le groupe ne ménage aucun effort pour assurer la continuité de ses services, ainsi que la gestion et la maintenance de ses réseaux. Notre préoccupation permanente est de veiller à ce que toutes nos infrastructures arrivent à absor­ber l’activité en hausse».

■ Plus de 30% chez Inwi
Contactées par L’Economiste, les équipes de l’opérateur Inwi confirment l’explosion de la demande sur Internet et ce, dès le début du confi­nement des populations et l’alerte générale: «En effet, depuis le début du confinement, nous enre­gistrons une croissance globale du trafic Inter­net d’environ 30% sur notre réseau». Pour faire face à la forte demande et flux sur les réseaux, doublés des nouveaux usages dictés par le télé­travail ou encore le télé-enseignement, et surtout anticiper les risques de saturation, l’opérateur Inwi a mobilisé ses équipes afin de «renforcer et redimensionner l’ensemble des réseaux très haut débit, fixe et mobile ainsi que les plateformes Cloud». En ces temps de crise, la supervision du réseau se fait de manière encore plus étroite qu’en période normale, précise l’opérateur. Ain­si, les équipes techniques se relayent non stop (24h/24 et 7j/7). Quant aux experts Support, ils sont organisés par roulement afin d’avoir une disponibilité immédiate en cas de besoin.

■ IAM: 25 à 30% de consommation de plus!
Du côté de Maroc Telecom, l’augmentation du trafic varie entre 25 et 30%. L’opérateur se veut rassurant: «Le pic de connexion en cette période s’opère sans aucune incidence sur la qualité de nos services». IAM précise que des capacités supplémentaires ont été rapidement mobilisées afin d’éviter les risques de saturation du réseau. Et d’ajouter: «Les évolutions enregistrées n’ont aucun impact sur les réseaux qui sont prêts à ab­sorber de fortes hausses du trafic». L’opérateur historique assure avoir pris une série de mesures pour maintenir la capacité des réseaux. Parmi ces mesures, la supervision continue de l’évolution des différents noeuds de réseaux.

Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc