Analyse

Industrie du papier: Le décollage passera par le recyclage

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5366 Le 08/10/2018 | Partager
Le Maroc consomme 650.000 tonnes par an
A peine 1/3 provient de la récupération
Un contrat-programme attendu en 2019

Parce qu’il n’est pas un pays à vocation forestière, le Maroc est obligé de se rabattre sur le recyclage pour son industrie du papier. La seule unité industrielle qui fournissait la pâte à papier, Cellulose du Maroc, a fermé en 2014. Du coup, toute l’industrie table sur la récupération des vieux papiers et cartons.

«Malheureusement, le ramassage ne dépasse pas 30% du papier consommé alors que dans d’autres pays, il se situe autour de 80%. Le projet du gouvernement est d’augmenter cette proportion. Pour y arriver, il table sur le tri à la source», explique Mounir El Bari, président de la Fédération des industries forestières, des arts graphiques et de l'emballage (Fifage).

Le challenge est de pouvoir récupérer précieusement une partie importante du papier et du carton consommé pour approvisionner les unités de production. Ce qui implique une politique intégrant les collectivités locales, le ministère de l’Intérieur, les ménages…

La Fédération a signé une convention avec le gouvernement  pour la création d’un écosystème dédié. Mais avant de parafer un contrat-programme, la filière a procédé à une étude sur les contraintes, les objectifs potentiels et les moyens nécessaires. Un travail confié au cabinet Mazars. Le livrable final est prévu vers fin novembre.

Le Marocain consomme très peu de papier: 20 kg par an et par habitant, versus 11kg il y a 10 ans et 15 kg il y a 5 ans. La consommation du carton par an et par habitant a atteint 8,5 kg. Le Maroc consomme 650.000 tonnes de papier par an, dont 30% provient du recyclage. Le reste est importé.

Le challenge est d’augmenter la part du papier consommé à 50% en 2020 contre 80% dans des pays avancés comme l’Allemagne ou le Japon. Une convention a d’ailleurs été signée en 2016 entre le gouvernement et les industriels. Dans ce schéma, les professionnels comptent sur la mise à contribution d’environ 20.000 à 30.000 chineurs.

«Le recyclage du papier utilisé peut représenter des économies conséquentes en termes d’énergie, de frais de gestion par les collectivités territoriales, et d’émissions de gaz à effet de serre en cas d’incinération», suggère le président de la Fifage. L’élaboration d’un cadre réglementaire relatif au recyclage pourrait favoriser la création d’emplois, de micro-entreprises, de TPE voire de PME.

Ce qui suppose l’attribution d’un statut aux chineurs, avec une couverture sociale et médicale, une protection afin de structurer leur activité. La Fifage suggère que le chineur soit qualifié «d’agent de l’environnement». Il est vrai que les chineurs traînent parfois une image de mendiants alors qu’en fait ils exécutent une fonction très importante pour l’industrie du papier qu’ils approvisionnent à hauteur de 30% de sa matière première.

Le marché marocain du papier est dominé par trois majors : l’acteur historique CMCP qui produit 100.000 tonnes par an à base de papier recyclé. L’usine GPC du groupe Chaâbi, fabrique chaque année 60.000 tonnes à base de vieux papiers et cartons. Med Paper en perte de vitesse (20.000 tonnes par an) est spécialisée dans le papier pour impression et écriture à base de pâte vierge, mais aussi de papier recyclé.

Chaque année, les chineurs et les chiffonniers contribuent au ramassage de 180.000 tonnes de vieux papiers. Sur ce volume, c’est le carton qui représente l’essentiel car il est plus facile à récupérer. La récupération du papier blanc pose encore problème car il est souvent souillé.

Par conséquent, il faudrait que les collectivités territoriales, le ministère de l’Intérieur… mettent en place  un système de tri sélectif à la source. C’est la seule alternative pour le Maroc. En effet, pour fabriquer une ramette de papier, il faut 7,5kg de bois contre 9,8 kg de vieux papiers-cartons, 130 litres d’eau contre 51 et 26 kWh d’électricité versus 10.

Les chiffres clés de la filière

industrie_papier_066.jpg

■ 650.000 tonnes de papier/carton par an

■ 180.000 tonnes proviennent du recyclage

■ 20.000 à 30.000 chineurs

■ 20 kg de papier par habitant et par an

■ 3 grands opérateurs: CMCP, GPC et Med Paper

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc