Dossier Spécial

2015: Parlement, gouvernement, élus Leçons de pédagogie

Par Amin RBOUB | Edition N°:5089 Le 18/08/2017 | Partager
parlement_maroc_089.jpg

Le citoyen doit prendre conscience de l’importance du vote et son  pouvoir «pour préserver ses intérêts, régler ses problèmes, demander des comptes aux élus et les changer le cas échéant». Pour démontrer l’importance et les enjeux des élections, le Souverain a fait preuve de pédagogie dans son discours du 20 août 2015 pour une meilleure clarification des rôles de chaque institution.

En effet, le Roi a donné des exemples concrets pour démêler l’écheveau de l’architecture institutionnelle. Le gouvernement est responsable, sous l’autorité de son chef, d’assurer la mise en application des lois et d’élaborer des politiques publiques ainsi que les plans sectoriels dans différents domaines» (extrait du discours du 62e anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple). En clair, le gouvernement n’est pas responsable  de la qualité des services fournis par les conseils élus.

Le Souverain  a abordé des situations réelles dans lesquelles des citoyens sont confondus:  «Le ministre de l’Energie n’est pas responsable de l’éclairage des quartiers, du raccordement des foyers aux réseaux électriques, des branchements de l’eau potable ni de l’assainissement». De même, «la propreté des rues et des quartiers ne relève pas de la compétence du ministère de l’Intérieur».

Pareil pour  le ministre de l’Equipement et du Transport qui n’est pas chargé de «la réfection des voiries dans les communes ni de fournir les moyens de transport urbain». Tous ces services relèvent des attributions des élus pour lesquels les citoyens votent.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc