×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Voracité

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5107 Le 15/09/2017 | Partager
    nadia_salah_s.jpg

    Sept? Neuf? Dix ans?  Depuis quand aurait-il fallu réviser  la politique du logement? En fait, le Maroc n’a pas de politique de logement au sens propre du terme. Il n’a qu’une politique de construction… Quand il ne s’agit pas tout simplement d’accumuler des murs de béton, le plus près possible les uns des autres, en détruisant le maximum d’espaces verts.

    Les méchantes langues disent que  «les promoteurs-élus municipaux sont si affamés qu’ils construiront des appartements dans les pots de fleurs». Ces langues piquantes ont-elles vraiment tort de stigmatiser ainsi la voracité bétonnière et sa mainmise sur les pouvoirs locaux?!
    En fait, elles ne font que souligner le mécanisme corruptif par lequel des villes marocaines sont détruites, de l’intérieur.
    Ce n’est pas tout. Un autre danger plane, souligné à chaque occasion par les observations de la Banque centrale. Normalement, le ministère des Finances aurait dû prendre le relais depuis plusieurs années.

    Qu’on en juge: la transparence financière qu’exige la Bourse a révélé depuis des années la grande fragilité des sociétés immobilières. Heureusement que la Bourse était là! Sinon on n’en aurait rien su, comme on ne sait rien de l’état comptable  réel des autres promoteurs. On ne connaît que quelques tours de vis donnés par Bank Al-Maghrib, inquiète de voir le système bancaire fragilisé par les folies immobilières invendables.

    Comme aux Etats-Unis en 2007, ce qui n’est pas peu dire. Les Finances ferment les yeux. Tout comme les départements directement responsables de la politique de la ville, de l’urbanisme ou du logement. En dix ans, pas le moindre signe de réforme de la politique du logement ou de l’urbanisme, même si elle détruit les villes avant de s’en prendre aux entreprises du secteur et au droit imprescriptible des citoyens de vivre dans un environnement sain et équilibré.

    Et pas un mot non plus dans le programme d’El Othmani présenté cette semaine.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc