×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Marche

    Par Abdelmounaïm DILAMI| Edition N°:5075 Le 28/07/2017 | Partager
    abdelmounaim_dilami.jpg
     

    Le  Roi Mohammed VI s’est donné pour mission, notamment, de démocratiser l’Etat et la société. La démocratisation de l’Etat a commencé par des  mesures institutionnelles et constitutionnelles. Le  processus est déjà en marche.  Néanmoins, pour donner tous ses fruits, ce processus a besoin de l’évolution parallèle de la société.
    La mise en œuvre de la décentralisation, la réforme de la Constitution, la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes et l’organisation d’élections transparentes… ont jusqu’à présent bien fonctionné. Pourtant, ce mouvement vertueux pourrait se pervertir si, au lieu d’être perçu comme instrument d’évolution globale, il est au contraire vécu comme des signes de faiblesse de l’Etat.
    Perception obligatoirement fausse, puisque seul un Etat fort, y compris la force de sa légitimité, peut absorber et valoriser sa décentralisation et sa démocratisation.
    Or, la société, c’est-à-dire vous et moi ainsi que tous les acteurs politiques et autres ne sommes pas des éléments neutres ou passifs. Notre évolution parallèle est un enjeu fondamental. Apparemment, le trône et l’Etat en sont très conscients. On le voit à travers les textes organisant les partis politiques et surtout à travers la multiplication des conseils consultatifs, prévus par la Constitution (dont beaucoup ne sont pas encore activés). Ces multiples organismes constitutionnels ont pour finalité première et fondamentale d’appuyer la participation la plus large des citoyens à la gestion de la société.
    C’est un processus lent et difficile, car il entraîne une transformation en profondeur de la Nation.
    On aura réussi quand les revendications des uns et des autres seront perçues par leurs propres auteurs comme étant des demandes à négocier, et non pas une forme de chantage exercé sur le reste de la société, menaces de violences à l’appui.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc