×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Un salon de sous-traitance en 1994 à Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:52 Le 05/11/1992 | Partager

La tenue du premier salon de sous-traitance à Casablanca en 1994, a été annoncée par M. Theux, expert à l'ONUDI et Directeur Général du groupe Blentheim Industries, lors de sa conférence sur "le rôle promotionnel des salons de sous-traitance".

La mise en place en partenariat d'un salon de sous-traitance à Casablanca en 1994 répond à un besoin de reconnaissance internationale. Le groupe Blentheim apportera son expérience, son savoir-faire, ses moyens et son réseau de promotion.

Cette opération, affirme M. Theux, arrive “ à un moment où les européens, notamment ceux du Sud, sont très réceptifs à la notion de partenariat”. Le temps minimum de préparation d'un salon se situe entre 9 et 12 mois. La présence de M. Theux est une première étape dans le montage de cette manifestation. Il y a un consensus autour du projet au niveau du Ministère de l'industrie, du Patronat ou des organismes consulaires.

Une telle manifestation permet d'initier des “choses importantes”, déclare M. Theux. Selon M. Mossadeq, Secrétaire Général du Ministère du Commerce et de l'industrie, département de tutelle de la Bourse Nationale de sous-traitance et de Partenariat, il y a eu 2.600 exposants au MIDEST (Salon de sous-traitance organisé annuellement à Paris) en 1991 et 65.000 visiteurs. Le salon de sous-traitance qui s'est tenu en Tunisie en 1992 a réuni 360 exposants, dont 180 étrangers. Il a attiré environ 11.000 visiteurs dont 1.500 décideurs européens.

Une manifestation de sous-traitance à Casablanca n'a pas que des vocations internationales. Elles sont aussi nationales et maghrébines. Le salon tunisien a reçu 90% de visiteurs tunisiens ou de pays voisins.

Un pont entre le Maroc et l'Europe

Il y a affirme M. Theux, “une réceptivité de la part des industriels européens à une collaboration Europe-Maghreb”.

Le problème de la promotion de la sous-traitance se pose à un moment où la stratégie d'achat et d'approvisionnement des grands donneurs d'ordre internationaux est en train de se modifier. En tant qu'observateur de ce monde de la sous-traitance, au travers des salons organisés par MIDEST, M. Theux estime qu'il existe un phénomène de regroupement. Les sous-traitants s'organisent et mettent en place une véritable stratégie de promotion adaptée aux circonstances. Cette stratégie tient compte, d'une part, d'une nécessaire diversification de leur offre et d'éléments de rapprochement d'entreprises.

La notion de partenariat qui ne recouvrait aucune réalité de relation économique se développe aujourd'hui, parce que les sous-traitants de premier ordre occupent maintenant une position tout à fait stratégique dans le système.

Par rapport à ce problème de la promotion de la sous-traitance, “nous avons toujours considéré, estime M. Theux, que le salon constituait un vecteur privilégié pour la promotion d'entreprises”.

Le groupe Blentheim Industries, gère 264 salons dans 22 pays. D'après les études de ce groupe le coût commercial du contact sur un salon est nettement inférieur à tout autre coût promotionnel. Un bon salon est un moyen de promotion commerciale efficace et économique. Mais réduire la fonction salon, essentiellement dans ce domaine de la sous-traitance, à une fonction commerciale ne correspond pas à toute la richesse que doit apporter un salon de sous-traitance aujourd'hui. Un salon c'est également un endroit où l'on se mesure et où l'on se frotte directement à la concurrence.

70 à 80 contrats par jour

Un gros problème des industriels de la sous-traitance c'est la communication. "les sous traitants ne sont pas des gens très communiquants". Un salon est un endroit où l'on peut développer une politique de communication efficace et moderne. C'est également une source d'information extrêmement importante. C'est un endroit où l'on peut communiquer avec ses concurrents. Le salon permet le rapprochement d'entreprises.

Les sous-traitants sont également marqués par une autre caractéristique qui est celle d'être individualistes. Le stand collectif marocain au MIDEST constitue une occasion de rencontrer des partenaires potentiels et de mettre en place des collaborations qui naissent tout simplement de la convivialité que l'on rencontre dans la manifestation. Les salons modernes mettent en place des instruments dont la vocation est de rapprocher l'offre et la demande. Une grande manifestation professionnelle, c'est un gigantesque rassemblement d'acteurs d'une même profession. Or, il y a une déperdition considérable lorsqu'il n'y a pas de communication entre exposants et visiteurs ou entre exposants. On estime généralement que sur un salon de sous-traitance, le nombre de contacts par entreprise se situe aux alentours de 70 à 80 par jour. Les salons modernes mettent en place des systèmes de communication qui permettent à l'information de circuler à une grande échelle et dans tous les sens.

Mohammadia HAJOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc