×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Un quatrième trimestre difficile

    Par L'Economiste | Edition N°:307 Le 04/12/1997 | Partager

    Comme chaque trimestre, la Direction de la Statistique publie son enquête conjoncture industrielle. Les résultats sont mi-figue miraisin. D'une branche à l'autre, les observations diffèrent.
    Pour les responsables des entreprises minières, la production du secteur est en hausse de 9% au cours du 3ème trimestre 1997 par rapport au trimestre précédent. En revanche, pour le dernier trimestre de l'année, la production devrait baisser, selon les prévisions des chefs d'entreprise, d'environ 4%.
    Concernant le secteur énergétique, la baisse de la production observée par les responsables durant cette période est estimée à près de 3% suite au ralentissement de l'activité du raffinage de pétrole. Pour le dernier trimestre, il est attendu une évolution positive de la production du fait d'une nette reprise de la demande de produits pétroliers.
    Au niveau des industries de transformation, selon les appréciations des industriels, la production de ce secteur est légèrement inférieure à l'indice observé au trimestre précédent. Les branches d'activité qui ont évolué à un rythme soutenu (entre 4 et 11%) sont le papier, le carton, l'imprimerie, les produits chimiques et la parachimie. En revanche, les progressions sont plus timides pour le cuir, les machines et matériel d'équipement, les fournitures et matériels électriques. D'autres branches comme le textile, la bonneterie, la métal-lurgie de base, les ouvrages en métaux, le matériel de transport et ouvrage en matière plastique connaissent franchement un repli de l'activité de près de 10%.

    Flambée des prix en octobre


    Côté chiffre en octobre, l'indice du coût de la vie est en hausse de 1,5% par rapport au mois précédent. Cette flambée des prix avait été prévue par les statisticiens. Elle devrait même s'accen-tuer au mois de décembre et durant le Ramadan. Cette hausse marque ainsi un retour à la normale.
    A noter que c'est la plus forte hausse des prix depuis le début de l'année. Comparé à son niveau au même mois de l'année précédente, l'ICV a progressé de 3,2%. Néanmoins, sur les dix premiers mois de l'année 1997, il ne croît que de 0,9% par rapport à celui-ci de la période correspondante de l'année 1996. Ainsi, l'inflation ne devrait pas dépasser le 1% en 1997.
    La hausse du mois d'octobre s'explique notamment par la progression de 3,1% des produits alimen-taires. L'indice des produits non alimentaires a enregistré, pour sa part, une légère hausse de 0,1%. Les indices des groupes de produits autres que l'alimentaire ont connu des variations positives n'excé-dant pas 0,3%.
    Par groupes de produits, sur les dix premiers mois, les variations vont de 1,5% pour l'habitation à 4,8% pour les loisirs et culture. En revanche, sur la même période, l'indice groupe alimentaire régresse de 1,4%.
    Par villes, toujours sur la même période, ce sont Tanger, Oujda et Casablanca par ordre décroissant qui enregistrent les plus fortes hausses sur les 10 mois. En revanche, Marrakech et Agadir connaissent des baisses respectivement de 0,5 et 0,2%. Mais en octobre c'est la ville de Fès qui a connu les plus fortes augmentations. Elle est suivie des villes d'Oujda et Kénitra.

    L'alimentaire en baisse


    Pour sa part, l'indice des prix à la production industrielle, énergétique et minière enregistre une progression de 0,4% au terme du 3ème trimestre 1997 par rapport au trimestre précé-dent. L'augmentation con-cerne en effet aussi bien les indices des secteurs de l'industrie (0,4%), de l'éner-gie (0,8%) et dans une moindre mesure des mines (0,2%). Concernant l'indice du secteur industriel plus particulièrement, à l'excep-tion de la branche alimentaire qui affiche une légère baisse, les taux de progression des autres sont nuls, sinon posi-tifs, avec une pointe de 2% pour les industries légères.
    Comparé au même tri-mestre de l'année 1996, l'indice des prix à la produc-tion du 3ème trimestre 1997 a varié de 0,2%. Pour sa part, l'indice moyen des trois premiers trimestres a évolué de 0,4% par rapport à celui de la période correspondante. Le seul point noir est l'indice des prix de production du secteur industriel qui est en baisse de 0,4%.


    Hausse des prix de gros


    L'indice du prix de gros (IPG) augmente de 0,6% au mois d'octobre par rapport au mois précédent. Cette progression est imputable essentiellement au secteur agricole dont l'indice a évolué de 1,1% contre 0,3% pour le secteur industriel.
    Comparé à son niveau du même mois 1996, il enregistre une variation positive de 1%.
    Sur les dix premiers mois, l'IPG régresse cependant de 1,8% par rapport à l'année dernière. Cette variation trouve son origine principalement au niveau du secteur agricole dont l'indice a reculé de 6,3%.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc