×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Un comité pour la prochaine Loi de Finances

Par L'Economiste | Edition N°:439 Le 09/02/1999 | Partager

Le gouvernement au grand complet était en séminaire toute la journée du samedi 6 février à Rabat. L'ordre du jour de cette réunion de travail a porté sur le bilan de l'année écoulée et sur les conditions de préparation de la prochaine Loi de Finances. Un comité, placé auprès du Premier ministre, est chargé de préparer la première copie du prochain budget.

Le Premier ministre a choisi une manière studieuse pour souffler sa première bougie. En effet, un an après sa désignation au poste de chef du gouvernement, M. Abderrahman Youssoufi a réuni l'ensemble de son cabinet pour un séminaire d'une journée. L'endroit choisi n'est pas, comme à l'accoutumée, la forêt Maâmoura. M. Youssoufi a opté pour le Centre d'Accueil et de Conférence (CAC) du Ministère de l'Equipement à Rabat.
Les anniversaires se prêtent facilement au bilan des actions accomplies au cours de l'année écoulée. Mais les réalisations concrètes de ce gouvernement sont bien maigres et M. Youssoufi est un homme résolument tourné vers l'avenir. C'est pour cela que l'ordre du jour s'est focalisé sur les conditions de préparation de la prochaine Loi de Finances. Nous sommes en février et le temps presse. Moins de quatre mois nous séparent de la présentation du Budget au Parlement. Et la préparation du Plan quinquennal ne doit pas occulter celle de la Loi de Finances.
Dans ce sens, cette rencontre de haut niveau a permis d'exposer les différentes approches et orientations en fonction de la Déclaration gouvernementale que le Premier ministre avait présentée en avril dernier devant le Parlement.
Cette rencontre n'est pas un simple brainstorming des quarante et un membres du gouvernement. C'est une réunion de travail qui s'est déroulée à huis clos en dehors des pesanteurs de l'Administration. Elle a abouti à la prise d'une première décision. Selon les informations qui ont filtré, les ministres ont convenu de la création d'un comité placé auprès du Premier ministre. Sa composition n'est pas encore arrêtée. Ce qui est sûr c'est que M. Youssoufi en désignera incessamment les membres. La tâche de ce comité ne sera pas facile, puisqu'il aura à préparer rapidement les grandes lignes de la prochaine Loi de Finances.

Marquer ses traces


Tous les ministres sont d'accord pour traduire dans la réalité l'esprit et le lettre de la Déclaration de politique générale. Il s'agit maintenant "de privilégier quelques priorités", en concentrant les actions sur un nombre limité d'objectifs. En d'autres termes, il est demandé aux différents ministres de serrer les rangs pour focaliser leur énergie sur des projets structurant pour l'économie et prioritaires au niveau des secteurs sociaux. Ce terrain ainsi déblayé, il reviendra au Premier ministre de trancher et décider les orientations à retenir.
Ces dernières devront permettre au gouvernement de se détacher de Loi de Finances en cours, qualifiée "de transition" pour démarrer réellement un budget d'alternance et marquer ses traces. La suppression de subvention du sucre granulé utilisé dans l'industrie en est un avant-goût. D'autres mesures dans ce sens vont suivre.
Pourtant, lors de l'Université de l'association Alternatives tenue dernièrement à Marrakech, M. Khalid Alioua, ministre et porte-parole du gouvernement, avait surpris les séminaristes en laissant entendre que la prochaine Loi de Finances sera encore de transition.


Gouvernements en séminaire


Aux Etats-Unis et en Angleterre, les séminaires du gouvernement sont depuis longtemps ancrés dans les moeurs.
En France, cette pratique est récente mais très médiatisée sans en dévoiler le contenu. L'avantage est de resserrer les rangs et mieux cadrer l'action du gouvernement.

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc