×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les fruits et légumes qui poussent...

· 8-9 Dollars/kg au détail pour la tomate sur les USA

Par L'Economiste | Edition N°:439 Le 09/02/1999 | Partager

La division d'AFB, conjuguée au risque de la perte du marché russe, avait fait naître de grandes inquiétudes quant à l'avenir des exportations des fruits et légumes. Le bon démarrage de la campagne a finalement eu raison des craintes de départ. Les opérateurs s'acheminent vers de bons résultats, particulièrement en tomate... Pour les légumes aussi.

Cela aurait pu être l'année de tous les dangers pour les exportations de fruits et légumes. Un marché russe laminé, des exportateurs divisés autour d'une AFB éclatée... tous les ingrédients d'un scénario catastrophe étaient réunis.
Pourtant, le bon démarrage de la campagne d'exportations a balayé toutes les appréhensions. Mieux, la saison 1998/1999 s'avère excellente. Après la division d'AFB et l'émergence de deux pôles d'exportation, particulièrement les opérateurs du secteur des fruits et légumes ont craint le pire. Mais les événements ont prouvé le contraire. Le véritable enjeu qui s'est imposé a été celui de ne pas compromettre les acquis et les efforts de pénétration minutieusement accumulés.
"Ce qui se réalise finalement aujourd'hui, traduit la finalité de recréer la modification qu'il fallait mettre en place au lieu de se séparer", estime M. Albert Sasson, directeur général de l'EACCE. Partageant les mêmes objectifs, la voix de la raison a fini par avoir le dessus. Les opérateurs collaborent et se concertent afin de coordonner même certaines de leurs stratégies commerciales au niveau des destinations étrangères.
Quant au marché russe qui a suscité les plus grandes peurs, "les positions commerciales se maintiennent assez correctement".
Sur l'Europe de l'Est, les expéditions de tomates ont totalisé 14.074 tonnes, contre 17.705,4 l'année précédente. Sur ce tonnage, la Russie n'a absorbé que 8.519,8 tonnes (-42%), mais de nouvelles destinations apparaissent: Croatie, Lituanie et Slovénie.
"Pour l'ensemble, nous nous acheminons vraisemblablement vers une campagne, particulièrement pour les primeurs, très bonne", ajoute M. Sasson.
Les chiffres ne le contredisent pas. Ainsi, à fin janvier 1999, les exportations de primeurs se sont montées à 173.493,5 tonnes, contre seulement 138.206 à la même époque de la campagne précédente (+25%). Celles de la tomate se sont élevées à 148.696 tonnes, enregistrant une hausse de 21,6%.
Sur l'UE, l'embellie commerciale se poursuit et ce, en dépit d'une conjoncture momentanément difficile en raison de la vague de froid qui sévit actuellement en Europe et qui ralentit la consommation. De plus, l'origine Maroc est actuellement sous équivalent tarifaire. Alors que l'offre espagnole est pratiquement absente des marchés européens, c'est la présence massive des opérateurs marocains qui a entraîné une chute des prix au dessous du prix d'entrée conventionnel et donc engendré l'application de l'ET. Face à cela, une réunion de coordination a décidé, jeudi 4 février, de réduire les tonnages de 50% afin de "dégager le marché" et de tenter de repasser au-dessus de la barre du prix d'entrée.
Autre événement marquant de cette campagne, l'ouverture pour la première fois de la destination américaine pour la tomate. Commercialisée le jour de Noël à New York, la tomate Made in Morrocco a connu "un grand engouement", indique M. Sasson. Les prix, selon lui, ont varié entre 8 et 9 Dollars le kilo contre 4,5 Dollars pour la tomate mexicaine au détail.
Reste que la tomate n'est plus le seul produit-phare du Maroc. En effet, depuis quelques années, les opérateurs ont retroussé leurs manches et accélèrent le mouvement de diversification des produits. Et les performances sont au rendez-vous. Les expéditions de courgette (+70%), de haricots verts (+150%) ou de Topinambour (+53%) cartonnent. La campagne est aussi marquée par les premières exportations biologiques: tomate, poivron, haricot, courgette, concombre et aubergine. Un petit créneau, certes, mais qui est du reste porteur et fort rémunérateur.

Meriem OUDGHIRI & Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc