×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Textile-habillement
Le Maroc perd des parts sur l’UE

Par L'Economiste | Edition N°:1813 Le 16/07/2004 | Partager

. Les importations européennes en provenance du Maroc ont régressé de 6,2%. Le proche démantèlement des quotas pousse les professionnels à revoir leur stratégie Nouvelle feuille de route pour les professionnels marocains du textile-habillement. A 6 mois du démantèlement des quotas, le rapport économique 2004 de l’Association marocaine des industriels du textile et de l’habillement (AMITH) donne les grandes lignes d’une stratégie qui devra conforter la compétitivité du produit marocain. Le sujet figure aussi à l’ordre du jour de l’AGO de l’Amith qui s’est déroulée le 15 juillet à Casablanca. Les nouveaux défis du secteur prennent la forme de nouvelles alliances et regroupements, alliant création et productivité. La stratégie marketing des textiliens marocains s’inscrit forcément dans les multiples ALE signés par le Maroc. Quant à la stratégie produit, elle s’appuie sur la volonté, déjà affichée, de monter en gamme et de fournir des produits finis à forte valeur ajoutée. Enfin, la stratégie industrielle visera la modernisation de l’outil de production existant et la mise à niveau de l’organisation sociale et industrielle. Pour ce qui est du bilan de l’année 2003, l’industrie marocaine du textile-habillement aura connu, selon le rapport économique de l’association, une progression de la productivité mais aussi de l’emploi. Le chiffre d’affaires de l’activité textile aurait enregistré par rapport à l’année 2002 une progression de 4,4%, tandis que celui de l’habillement n’aurait été que de 2,81%. Cette évolution s’est accompagnée d’une augmentation de 1,6% des emplois par rapport à 2002. Le secteur a mobilisé de manière permanente près de 205.000 personnes. Sur le registre des investissements, ils se sont stabilisés à leur niveau de l’année dernière, soit 1,82 milliard de DH. Ainsi, 18 projets d’un volume global de 85 millions de DH ont bénéficié en 2003 de l’appui du fonds Fortex. De même, 17 projets ont sollicité la contribution du Fonds Hassan II, dont 16 dans l’aval du secteur et un seul projet dans l’amont. Le rapport de l’Amith explique cette évolution par «les efforts de rationalisation de la production engagés par les entreprises du textile–habillement». Les spécialistes considèrent cette démarche comme un gage de confiance en l’avenir du secteur et ses potentialités.Néanmoins, ces bonnes prestations ne se sont pas accompagnées d’une hausse des marges bénéficiaires. Les coûts de production n’ayant pas été répercutés sur les prix de vente qui continuent leur tendance baissière sous la pression des produits asiatiques. En effet, l’année 2003 a été caractérisée par l’agressivité commerciale de la Chine, leader mondial du textile-habillement. Sa part de marché a vite grimpé aux dépens des autres pays dans le monde. Avec une part de marché sur l’UE de 17,6% contre 15,9% l’année dernière, la Chine a conforté son rang de premier fournisseur de l’Union. Ceci au moment où les importations de l’UE en provenance du Maroc ont en 2003 régressé en valeur de 6,2%. Cette baisse est consécutive à celle enregistrée (-0,5%) en 2002. Cette contre-performance influence négativement la part de marché du Maroc au sein de l’UE qui est passée de 3,9 à 3,6% respectivement entre 2001 et 2003.Au niveau des importations marocaines, les données de l’Office des Changes, à fin décembre 2003, les situent au même niveau que l’année précédente, soit 20,2 milliards de DH. Quant aux exportations des produits confectionnés chaîne et trame, elles ont atteint 18,8 milliards de DH, soit 2,3% de plus que l’année 2002. Celles de la maille ont connu une croissance de 3,2% pour atteindre 8,2 milliards de DH. Les exportations des autres activités du secteur ont reculé d’une année à l’autre de 1,6 à 1,3 milliard de DH, soit une contre-performance de 23%. Plusieurs faits nouveaux ont marqué les exportations marocaines en 2003. Ainsi, l’Espagne est désormais le second marché à l’export avec une part de 23%. En effet, les réalisations sur ce marché ont progressé de 21% en 2003. Par ailleurs, avec une part de 39%, le marché français demeure le premier débouché du secteur marocain. Les exportations sur l’Hexagone ont enregistré une croissance de 4,5% par rapport à 2002, estime le rapport. Vient ensuite le marché britannique avec une part de 18%. Les exportations vers ce pays sont toutefois en baisse de 12% par rapport à l’année dernière. L’année 2003 a été aussi marquée par l’accroissement de la part du commerce préférentiel. En effet, les accords commerciaux régionaux ont pris le pas sur le commerce multilatéral. Concernant les matières premières, la hausse des prix des produits énergétiques en 2003 a induit une forte progression de leurs prix pour les producteurs de fibres synthétiques. Ces derniers ont répercuté cette hausse sur leurs prix de vente.


L’Asie menace la mode

Avec des flux commerciaux de l’ordre de 207 milliards de dollars, l’Union européenne vient en tête des principaux marchés textile-habillement dans le monde. Les blocs Asie et Amériques suivent avec respectivement 160 et 107 milliards de dollars. L’analyse du bilan de la consommation textile-habillement en 2003 au sein de l’UE fait dégager deux tendances opposées. D’abord, la baisse des prix en Allemagne et en France induite par le recours massif aux importations asiatiques n’a pas constituée un levier pour la relance de la consommation dans le secteur de la mode. Ensuite, pour les pays du sud de l’Europe (Italie et Espagne), la consommation a été soutenue grâce aux stratégies de différenciation poursuivies par les marques et enseignes de distribution. Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc