×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Tanger: Plus de mobilisation pour la lutte antisida

    Par L'Economiste | Edition N°:2163 Le 02/12/2005 | Partager

    . 28 cas suivis par la section de l’ALCS locale. 327 dépistages gratuits effectués en 2005 contre 350 l’an dernier La lutte contre le sida est une lutte de tous les jours. C’est le message que tente de faire passer l’Association de lutte contre le sida (ALCS), à Tanger. «Dans les médias, il n’est fait état du fléau que lors de la journée mondiale. Or c’est un combat de tous les jours», clame Maria Mbirkou, pharmacienne et présidente fondatrice de l’ALCS dans la ville du Détroit. Ce combat de tous les jours, à l’ALCS on sait ce que c’est. A Tanger, ce ne sont pas moins de 327 dépistages gratuits qui ont été effectués en 2005, contre 350 l’an dernier. De ces derniers, 13 cas ont été positifs, 8 femmes et 5 hommes. L’association suit actuellement 28 cas de sidéens: 12 hommes, 14 femmes, une fillette de 4 ans et un bébé de 6 mois. Chez ce dernier, les chances de survie sont minimes, le sida serait foudroyant chez les enfants de moins de 2 ans et pesant moins de 25 kilos. «L’épidémie amorce un tournant», indique le Dr. Hamid Zerouali, président de l’ALCS à Tanger. Même au niveau national, les statistiques font entrevoir une accélération du nombre de cas. En 2001, l’ALCS assurait le suivi de 5 cas, leur nombre a plus que quintuplé durant les cinq dernières années. Depuis sa création en 1992, l’association a pris en charge 33 malades en collaboration avec la délégation du ministère de la Santé. Il s’agit notamment d’un soutien financier pour assurer les déplacements à Rabat pour les analyses et les maladies opportunistes. Le soutien est aussi moral et psychologique, car il n’est pas question de favoriser l’exclusion de ces malades. Les locaux de l’ALCS, sis rue Sidi Bouabid, assurent, outre un dépistage gratuit, la possibilité d’entrer en contact avec les volontaires formés dans ce sens. Ces derniers offrent écoute et assistance en cas de besoin.A Tanger, un centre de référence leur a été dédié par le ministère de tutelle. Il s’agit d’une aile de l’hôpital Duc de Tovar qui se charge de leur accueil et de leur suivi. Ainsi, 14 patients bénéficient de soins au sein de cette structure. Certain d’entre eux sont des Africains, candidats à l’émigration clandestine. «Vu la prééminence de l’épidémie dans leurs pays d’origine, les probabilités de séropositivité de ces malheureux voyageurs sont assez élevées», note-on auprès de l’ALCS. Mais leur traitement serait difficile de par leur statut. Il est difficile voire impossible de leur assurer un suivi.


    Tapage

    Lors de ce 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida, tout un programme de sensibilisation a été mis en place. Il s’agit de faire le maximum de tapage auprès de la population. Le comité régional de sensibilisation, mis en place l’année dernière, a été reconduit afin de mener à bien les actions d’information. Il regroupe notamment l’ALCS-Tanger, la mairie, le ministère de la Santé, les instituts français et Cervantès et le syndicat des pharmaciens de Tanger. Le programme inclut des séances d’information destinées au grand public et en particulier les jeunes. Des unités de dépistage mobiles qui viseraient les quartiers défavorisés, tels que ceux de Bni Makada, sont en cours de mobilisation. Le 4 décembre, il est prévu un cross country dédié à la sensibilisation. De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc