×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Sonasid a encore du potentiel en bourse

Par L'Economiste | Edition N°:2163 Le 02/12/2005 | Partager

. Le titre est valorisé à 1.029,5 DH par CDMC Capital. Il est à conserver comme valeur de fond de portefeuille . Bonne tenue des résultats et capacité de développementSONASID monopolise la scène boursière ces jours-ci. Les informations rapportées en exclusivité par L’Economiste faisant état d’une éventuelle OPA de ses actionnaires de référence SNI et Arcelor ont aiguisé l’appétit des boursicoteurs. Le titre est passé de 990 à 1.115 DH en deux séances, pour redescendre mercredi 30 novembre à 1.055 DH. Un niveau proche de la valorisation de CDMC Capital qui est de 1.029,5 DH. Dans une note de recherche, la société de bourse du Crédit du Maroc recommande de conserver le titre «compte tenu de la solidité des fondamentaux de la société et des investissements qu’elle compte entreprendre ainsi que les résultats attendus». L’analyse s’appuie sur la forte présence de Sonasid dans ses marchés, malgré «l’intensification de la concurrence locale, la progression de l’informel et la poursuite du processus du démantèlement douanier». En atteste la bonne tenue de ses résultats semestriels. Un chiffre d’affaires en hausse de 11,7% à 2,23 milliards de DH et un résultat net de 300,9 millions, en augmentation de 53,2% pour une marge nette de 13,5%. Un dynamisme qui sera maintenu en fin d’année. Les rédacteurs de la note estimant le résultat net de Sonasid à fin 2005 à 456,4 millions de DH, soit une hausse de 4,6% pour un chiffre d’affaires en augmentation de 7,1% à 4,46 milliards de DH.Ces estimations sont confortées par les retombées d’une série de projets lancés par le sidérurgiste pour augmenter les capacités de production et réduire les coûts. Une aciérie électrique à Jorf Lasfar, intégrée au laminoir déjà en place, d’une capacité de production annuelle de 625.000 tonnes extensible à 1.000.000, est opérationnelle depuis août 2005. Il est également prévu de créer une unité de fabrication de préréduit (un intrant utilisé par l’aciérie), pour contourner le problème de disponibilité locale de la ferraille et la dépendance des prix aux fluctuations des cours internationaux. Pour un investissement d’environ 90 millions de DH, la société envisage d’installer cette usine en Libye, en partenariat avec un opérateur privé ou à Jorf Lasfar dans une optique d’accélération du projet gazier marocain, dont le coût s’élève à près de 270 millions de DH.Ce n’est pas tout. Le sidérurgiste prévoit à partir de fin 2006 une diversification en aval dans l’armature industrielle préfabriquée (poteaux et poutres préfaçonnées). En y misant 170 millions de DH, la société table sur un chiffre d’affaires annuel de 450 millions de DH et 29% d’un marché estimé à 240.000 tonnes par an. Une production à des coûts plus compétitifs qui permettra au sidérurgiste de développer rapidement son activité à l’export vers les pays de l’Afrique du Nord, essentiellement l’Algérie et la Mauritanie.Sonasid a la capacité de financer ces investissements sans trop plomber ses finances et «d’assurer une rémunération continue de ses actionnaires», est-il souligné. La note relève dans ce sens une solide structure financière, avec des fonds propres représentant plus de 44,7% du total bilan en 2004, une capacité d’endettement intacte à fin juin 2005 et la disponibilité d’une trésorerie excédentaire.B. E. Y.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc