×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Tanger: Coup d’envoi demain des Nuits de la Méditerranée

Par L'Economiste | Edition N°:1792 Le 17/06/2004 | Partager

Promoteur du festival de musique de Tanger, Jean-Luc Larguier est directeur de l’Institut français de Tanger-Tétouan. Il explique ce que peut apporter un tel événement pour la région. Prévue du 18 juin au 10 juillet, la manifestation couvrira aussi Tétouan, Larache, Chefchaouen et Ksar El Kébir. Quel est le concept des Nuits de la Méditerranée pour cette édition?Jean-Luc Larguier: Le Festival international de musique de Tanger “Les Nuits de la Méditerranée” axé sur les musiques du monde s’adresse prioritairement au public de la région du Nord du Maroc. Il veut être une des composantes de la politique d’action culturelle. Par son programme ouvert sur le monde, par l’esprit qui l’anime, par le fait qu’il est soutenu par une association représentative de la société civile, les autorités, des élus, des partenaires institutionnels et privés, le Festival est donc plus qu’un évènement médiatique. Il participe au développement de la vie citoyenne de la région et de la démocratie locale. Tels sont les objectifs poursuivis depuis sa création en 2001. . Comment avez-vous conçu la programmation?Le Festival aujourd’hui est presque à maturité. Il importe simplement de bien mettre en place les éléments qui le constituent. Tout d’abord, la régionalisation doit être encore plus forte avec plus de concerts à Tétouan, Larache, Ksar El Kébir et Chefchaouen. Par ailleurs les ateliers d’expression et de formation doivent se développer à Tanger mais aussi en région pour impliquer le plus possible les jeunes de notre région intéressés par la pratique musicale. Une académie pour jeunes professionnels pourrait également voir le jour en parallèle avec des ateliers et concerts dès l’année prochaine. Enfin une place importante devra être accordée à la participation de jeunes artistes de la région dont le festival aura à favoriser l’émergence. Ce qui impliquera sans nul doute, même si la musique reste le cœur du programme, une ouverture vers des formes théâtrales d’aujourd’hui et vers la danse. . Quelles sont vos attentes par rapport à cet événement?Pour notre Festival, il est important de bien travailler les aspects qui permettent de le pérenniser. Tout d’abord, la qualité de la proposition artistique. Je crois qu’en quatre édition, nous en avons fait la preuve. Puis, la constitution d’un public de plus en plus large, socialement diversifié et représentatif de la population de la région. Avec 35.000 spectateurs attendus cette année, nous sommes sur la bonne voie même si beaucoup reste encore à faire. La création de l’Association Tanger Région Action Culturelle (ATRAC) permet par ailleurs de fédérer les énergies pour mener à bien l’événement. Pour le financement stable et pluriannuel, nous sommes encore loin du compte, il faut bien le reconnaître même si nous pouvons compter sur le soutien renouvelé de l’ONA, du Conseil régional et de l’Agence pour le développement du Nord. . Pourquoi l’Institut français veut céder l’organisation à l’ATRAC?L’Institut français du Nord apportera toujours son soutien à la manifestation. Simplement le passage de témoin rappelle que l’action culturelle n’est pas de la responsabilité et du rôle d’un Institut français qui est d’abord un établissement éducatif et de coopération. En accord avec notre Service de coopération à Rabat, l’engagement de l’Institut français du Nord dès le début de cette manifestation s’est faite dans l’optique à moyen terme d’un transfert de cette manifestation à une association porteuse d’un projet d’action culturelle pour le Nord du Maroc. Aujourd’hui, sur la base d’un financement majoritairement marocain, le processus est normalement en marche, avec une étape actuelle de coorganisation.


Le programme pour le mois de juin

• ThéatreVendredi 18 et samedi 19 juin - Théatre-acrobatie (Taoub, made in Tanger) (Jardins de la Mendoubia – Tanger) à 21 heures• Nuit hommage à Marcel Khalif - Dimanche 20 juin à 21h (Jardins de la Mendoubia – Tanger)- Lundi 21 juin à 21h (Théâtre espagnol – Tétouan)• Nuit du VoyageMardi 22 juin à 21h (Jardins de la Mendoubia – Tanger) Thierry “Titi” Robin et Gulabi Sapera. Style musique “ethnique” avec de profondes influences gitanes et orientales• Nuit Orient Occident Jeudi 24 juin à 21h (Jardins de la Mendoubia – Tanger) Trio Nagma “Voyage en Orient”• Nuit tziganeSamedi 26 juin à 21h (Jardins de la Mendoubia – Tanger) Gerardo Nunez, soliste guitare flamenco• Nuit FlamencoDimanche 27 juin 21h (Jardins de la Mendoubia – Tanger) Gerardo Nunez Quintet. Style flamenco “moderne”• Nuit des Deux RivesMardi 29 juin à Tanger 21h (Jardins de la Mendoubia – Tanger) Alla Francesca et Begona Olavide. Omar Mitioui. Style musiques anciennes et traditionnelles, créations et improvisations des deux rives de la Méditerranée• Nuit marocaineMercredi 23 juin à 21h (Chefchaouen-Jardin de la province) Nass El Ghiwane Vendredi 25 juin à 20h (Tétouan à l’institut français) Nass El Ghiwane Lundi 28 juin à 20h (Larache-Place de la libération) Nass El Ghiwane Mercredi 30 juin à 21h (Ksar El Kebir-Place Allal Ben Abdellah) Nass El Ghiwane. La régionalisation du Festival doit être encore plus forte avec plus de concerts à Tétouan, Larache, Ksar El Kébir et Chefchaouen, indique Jean-Luc Larguier, directeur de l’Institut français de Tanger-Tétouan.Propos recueillis par Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc