×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Sidérurgie: Les Douze acculés à adopter un plan d'action

    Par L'Economiste | Edition N°:50 Le 22/10/1992 | Partager

    Suppression d'emplois, réductions de production et guerre commerciale menacent de plus en plus la sidérurgie mondiale. En Europe, les premiers signes d'affaiblissement sont apparus dès 1990, mettant fin à cinq années de redressement. Craignant que la crise actuelle soit encore plus grave que la récession qui avait secoué la sidérurgie au milieu des années 70 jusqu'au milieu des années 80, le lobby des sidérurgistes européens a demandé à Bruxelles l'application des mesures de crise prévues par le "vieux" traité de la CECA.(1) La Confédération européenne des industries du fer et de l'acier (Eurofer) estime que seul un "plan d'action" pourra éviter à la sidérurgie européenne de perdre ses avantages concurrentiels. Evalué à 35 milliards de Francs, ce plan devrait prévoir une nouvelle restructuration de l'instrument de production. Autrement dit, Eurofer réclame de nouvelles réductions de capacité susceptibles d'entraîner la perte de 50.000 emplois, sur les 380.000 que compte le secteur. La Confédération souhaite également que Bruxelles prenne des mesures destinées à freiner le flot des importations à bas prix en provenance des pays d'Europe Centrale. Les procédures anti-dumping et anti-subventions passeraient alors, et en particulier, par l'application de droits de douane élevés. "Si nous n'agissons pas le plus rapidement possible, déclare le Directeur Général d'Eurofer, nous allons tout droit vers l'inévitable retour des subventions publiques.

    (1) Le traité de la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (CECA), qui arrivera à expiration en 2002, assure essen-tiellement quatre fonctions: libre circulation des produits et libre accès aux sources de production, surveillance permanente du marché et des quotas de production , respect des règles de concurrence et de la transparence des prix, enfin, soutien à la modernisation du secteur et à sa reconversion.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc