×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sida: Cinq millions d’infections dans le monde en 2005

    Par L'Economiste | Edition N°:2155 Le 22/11/2005 | Partager

    . Le nombre le plus élevé jamais enregistré. L’épidémie gagne du terrain en Asie et Europe de l’EstLa menace du sida continue à planer sur le monde. L’OMS et l’Onusida ont publié lundi 21 novembre leur rapport relatif à l’état de l’épidémie à fin 2005. Le nombre de nouvelles infections par le virus du sida en 2005, soit cinq millions, est «le plus élevé» jamais enregistré en un an, «depuis le début de l’épidémie» et les efforts de prévention sont requis «de toute urgence», a déclaré le directeur de l’Onusida. Le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde a atteint son niveau le plus élevé jamais enregistré, avec 40,3 millions de personnes (contre quelque 37,5 millions en 2003)». En 2005, plus de trois millions de personnes sont mortes du sida, dont plus d’un demi-million d’enfants. Au total, le sida a tué plus de 25 millions de personnes dans le monde depuis son identification en 1981. Pour l’Onusida et l’OMS, seul le développement simultané de la prévention et de l’accès aux traitements peut enrayer cette spirale de la mort. Pourtant, «au mieux, une personne sur dix en Afrique» en attente de traitement antirétroviral (ARV) en bénéficiait mi-2005. L’Afrique, qui regroupe près des deux tiers des séropositifs et malades du sida de la planète et environ les trois quarts (77%) des femmes vivant avec le virus du sida, continue à payer le plus lourd tribut à la maladie. En 2005, 3,2 millions d’Africains ont contracté l’infection et 2,4 millions sont morts du sida. L’Afrique subsaharienne abrite à peine plus de 10% de la population mondiale, mais regroupe plus de 60% des personnes vivant avec le VIH, soit 25,8 millions sur un total mondial de 40,3 millions. Le Nigeria, Etat le plus peuplé d’Afrique, et l’Afrique du Sud (ainsi que, en Asie, l’Inde) comptent chacun davantage de personnes vivant avec le VIH que n’importe quel autre pays au monde. En Asie, les rapports sexuels non protégés, la drogue et l’ignorance forment un cocktail explosif qui alimente dangereusement l’épidémie. L’Asie compte 8,3 millions de séropositifs ou de malades du sida en 2005. Cette année, le sida y a provoqué plus d’un demi-million de décès et 1,1 million d’habitants y ont contracté le virus (VIH). La consommation de drogues injectables constitue l’élément moteur de départ le plus puissant de l’épidémie en Asie. Sur les 1,1 million de personnes ayant besoin d’un traitement antisida, 155.000 en bénéficiaient en Asie en juin 2005. En Europe de l’Est et en Asie centrale, l’épidémie de VIH/sida continue à croître et touche environ 1,6 million de personnes en 2005, soit un quart de plus qu’en 2003 et vingt fois plus qu’il y a à peine dix ans. Quelque 270.000 personnes ont été contaminées en 2005, tandis que 62.000 mouraient du sida dans la région, soit un nombre de décès qui a quasiment doublé depuis 2003.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc