×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Japon: Le Tamiflu innocenté

    Par L'Economiste | Edition N°:2155 Le 22/11/2005 | Partager

    . Aucun lien entre l’antiviral et la mort de 12 enfants L’AGENCE américaine du médicament (FDA) a jugé le week-end dernier qu’il n’existait pas de lien de causalité entre l’antiviral Tamiflu et le décès de 12 enfants au Japon. Le président de la commission de conseil en pédiatrie de la FDA, le docteur Robert Nelson, a estimé qu’il n’y avait «aucune inquiétude» à avoir face au possible rôle du Tamiflu dans les 12 morts recensées au Japon. Dans un rapport publié jeudi 17 novembre, la FDA avait fait état de la mort au Japon de 12 enfants qui prenaient du Tamiflu, un antiviral atténuant les effets de la grippe, mais avait souligné qu’un lien entre ce médicament et les décès restait difficile à établir. Le rapport de la FDA évoquait les résultats d’une enquête conduite de mars 2004 à avril 2005, visant à établir les effets de la prise du Tamiflu sur des enfants de moins de 16 ans. Roche avait noté vendredi 18 novembre que la commission de l’agence fédérale n’avait trouvé aucune raison de changer les avertissements sur les boîtes de Tamiflu en matière d’effets secondaires neuro-psychiatriques. Cependant, le groupe «entend travailler avec la FDA pour faire évoluer les indications concernant les effets secondaires sur la peau qui sont apparus chez un nombre réduit de patients, essentiellement au Japon. Roche évalue à 122 le nombre d’incidents neuro-psychiatriques, sur près de 24,5 millions de prescriptions de Tamiflu au Japon, dont 70 sur des patients de moins de 16 ans. Aux Etats-Unis, sur près de 6,5 millions de personnes traitées, il y a eu 19 incidents neuro-psychiatriques dont un seul chez une personne de moins de 19 ans, selon le groupe suisse. Le Tamiflu est l’un des deux antiviraux susceptibles d’avoir une efficacité en cas de pandémie de grippe humaine d’origine aviaire. Il ne guérit pas de la maladie. La FDA avait déjà indiqué dans un document présenté sous forme de questions/réponses qu’elle souhaitait continuer à étudier les effets secondaires potentiels liés à la prise de Tamiflu, et qu’elle présenterait ses conclusions à la commission de conseil en pédiatrie «d’ici deux ans».Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc