×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Israël: Sharon demande la dissolution du Knesset

    Par L'Economiste | Edition N°:2155 Le 22/11/2005 | Partager

    . Il démissionne du Likoud pour former un nouveau partiLe Premier ministre israélien, Ariel Sharon, a demandé, lundi 21 novembre à Jérusalem, au président Moshé Katsav de dissoudre le Parlement, ouvrant la voie à des élections anticipées au cours desquelles il se présentera à la tête d’un nouveau parti. «Je démissionne de ce parti et je vais en former un nouveau», a indiqué M. Sharon dans une lettre adressée à la direction du Likoud, dont a fait état la télévision publique israélienne.Cette initiative, sans précédent, redessine une carte politique israélienne traditionnellement fondée sur le bipartisme et qui sera désormais composée de trois blocs: le parti de Sharon (centre droite), le Likoud (droite nationaliste) et les travaillistes (centre gauche).«Le Premier ministre m’a demandé de dissoudre la Knesset car dans sa forme actuelle, elle ne permet pas le fonctionnement correct du gouvernement», a déclaré Katsav à l’issue d’une entrevue de 45 minutes avec Sharon à la présidence de l’Etat.Aux termes de l’article 29A de la loi fondamentale sur la Knesset, le chef du gouvernement peut décréter la dissolution de la Chambre devenue ingouvernable, à condition d’avoir l’assentiment du président.Ce décret entre en vigueur dans les 21 jours, sauf si, entre-temps, un député parvient à rallier autour de sa candidature une majorité de 61 membres du parlement (120 sièges) afin de former une nouvelle coalition gouvernementale. Dans le cas contraire, des élections anticipées doivent se tenir dans les 90 jours suivant cette période de 21 jours.Katsav pourrait prononcer dès lundi la dissolution de la Chambre et permettre à Sharon de rester chef d’un cabinet de transition jusqu’à la tenue des élections anticipées.Sharon, qui a annoncé sa démission du Likoud, le grand parti de droite nationaliste qu’il a fondé en 1973 et qu’il dirige depuis 1999, devait réunir les membres de sa nouvelle formation de centre droite, rassemblant une douzaine de députés scissionnistes du Likoud.Selon ses proches, Sharon a réussi à entraîner dans sa nouvelle aventure politique au moins cinq ministres du Likoud ainsi que le ministre travailliste sans portefeuille, Haïm Ramon.Cette formation comprendrait des personnalités telles que les professeurs Avishaï Braverman, Ouriel Reichman, l’ex-chef du Shin Beth (sécurité intérieure), Avi Dichter, et le général de réserve, Gaby Ashkenazi.Pas moins de six dirigeants du Likoud ont d’ores et déjà annoncé qu’ils briguaient la direction du parti.Sous l’impulsion de leur nouveau chef, Amir Peretz, les travaillistes ont décidé dimanche de quitter la coalition gouvernementale de Sharon. Leurs ministres rendaient lundi leur démission.Sharon tend à retirer auprès de l’opinion les bénéfices de son plan de retrait de la bande de Gaza achevé sans accroc en septembre, et de la baisse spectaculaire des violences.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc