×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Si l'économie mondiale a dérapé, c'est parce que l'homme a violé les lois de la physique

Par L'Economiste | Edition N°:1614 Le 02/10/2003 | Partager

. L'Economiste: Quelle est la relation qui existe entre la dette, la comptabilité et la physique?- A.F. Pogonkine: La science du réel est la physique. Le terme grec “physichos” veut dire tout simplement la science de la réalité. Au fait, une question se pose avec acuité: l'argent est-il quelque chose de réel? La réponse à cette question nous renvoie à l'écart entre les volumes actualisés et ceux dits en flux historique qui est le fondement même du capitalisme. Toutefois, cet écart demeure impressionnant. Les engagements hors-bilan liés à la dette représentent quelque 10.000 milliards de dollars, ce qui produit une véritable pagaille dans l'économie mondiale : des Etats pris à la gorge, des entreprises surendettées… Par ailleurs, la loi comptable, qui est censée identifier toutes les charges qui frappent l'entreprise, est pratiquement hors cause. La comptabilité ne reflète pas le véritable coût de l'emprunt, ni de son poids pour l'entreprise.. Mais quelle est l'utilité de la physique à ce niveau?- En physique, la permanence de la mesure est assurée en maintenant l'unité constante, alors qu'en économie cette permanence est assurée en maintenant les modules constants et en variant l'unité. Ainsi, en physique, on est dans un système cohérent puisque la quantité mesurée ne dépend pas de l'unité, tandis qu'en économie le résultat dépend de l'unité de mesure. Cette unité varie. Si j'ai deux mesures, quelle est l'unité qui est vraie? A ce niveau, les choses commencent à se corser. J'ai le droit d'additionner le tout. C'est une solution très simple. Ainsi, je pourrais, à titre d'exemple, mesurer le coût de l'emprunt en cumulant les sommes payées. Mais c'est archifaux. Lorsque dans une opération d'appréciation par le crédit une valeur future est définie à partir d'une valeur présente actualisée par un taux d'intérêt sur une durée, alors chaque période définit une dimension de la monnaie; deux monnaies définies dans des dimensions différentes (appartenant à des périodes différentes) ne peuvent alors être additionnées entre elles sans conversion préalable au motif qu'on ne rajoute pas des choux à des carottes!. Vous êtes l'auteur d'une théorie récente sur le “Poids de la dette et sa mesure en général”. Quels en sont ces principes fondamentaux ? - Pour que l'entreprise dure, elle doit gagner de l'argent. Ce n'est pas contre nature de prendre des crédits et de s'endetter pour développer son activité, au contraire, c'est ce qu'il y a de plus logique. Mais il est primordial pour l'entreprise de mesurer et connaître le véritable coût de cet emprunt, afin de se prémunir contre les aléas de la conjoncture, préserver son équilibre financier, et de facto garantir une paix sociale au sein de l'entreprise. Même pour un particulier, il est de son intérêt de connaître parfaitement le véritable coût de son emprunt. Le problème ce n'est pas d'avoir le crédit a priori, mais la lourdeur que va représenter ce crédit a posteriori. Grosso modo, j'affirme que si l'économie mondiale a dérapé, c'est parce que l'homme a violé les lois de la physique. Au fait, pour les experts-comptables le plus important est de certifier la régularité des comptes. Or, l'exactitude et la fidélité de ces comptes sont jetées aux oubliettes. Les exemples à ce niveau ne manquent pas. Effet d'échelle de grandeur “Vivendi, Swiss Air…” et tout récemment “Alstom”. On est tous concernés. Tous les acteurs économiques sans exception. Le système du capitalisme repose sur une erreur fondamentale de calcul et le drame est que cette situation ne profite à personne, sauf à…. L'une des nombreuses “expressions originales” de cette théorie est le nombre sans dimension Fp®. Quelle est la relation qui existe entre les deux?- Tout d'abord, le nombre sans dimension Fp® repose sur le même principe que celui du Théorème de Thalès le Rapport des ombres. Il s'intéresse tout particulièrement à la dette. Il mesure le coût de cette dette en intérêts. Bref, il ramène le futur au moment présent. Le nombre de Fontaine Pogonkine, noté Fp®, est le seul nombre sans dimension qui décrit entièrement le système physique formé par une opération de crédit.M. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc