×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Salon Fish Morocco
Les organisateurs réagissent

Par L'Economiste | Edition N°:2416 Le 06/12/2006 | Partager

«Dans sa livraison du lundi 27 novembre 2006, votre quotidien a publié un éditorial intitulé «Coulée!». Cet éditorial comprend quelques contre-vérités et il est de mon devoir en ma qualité de commissaire du salon Agadir Fish Morocco et directeur de la Chambre des pêches maritimes de l’Atlantique-Centre Agadir de vous faire part de cette mise au point et d’éclairer l’opinion publique quant aux assertions de votre article.En effet, vous avez entamé votre éditorial par une contre-vérité qui a choqué aussi bien les organisateurs que les professionnels et a dénigré le travail acharné de dizaines de personnes. Si le commentaire est libre, le fait quant à lui reste sacré.Ainsi les faits aisément vérifiables sont:Pour ce qui est des visiteurs, en plus de ces 20 personnes que vous citez dans votre éditorial, il y avait:- La journée du 23 novembre: 3.502 visiteurs.- La journée du 24 novembre: 2.010 visiteurs.- La matinée du samedi 25 novembre: 940 visiteurs (les pluies torrentielles nous ont forcés à fermer le salon l’après-midi).- Le dimanche 26 novembre: 2.115 visiteurs.Soit 8.567 visiteurs professionnels.Pour ce qui est des «politiciens», nous avons eu l’immense privilège d’avoir pour le jour de l’inauguration officielle:- La présence de monsieur le ministre de l’Agriculture, de Monsieur le wali de la région Souss-Massa-Draâ, Monsieur le président de la Communauté urbaine d’Agadir, de nombreux diplomates qui ont fait le déplacement depuis Rabat, et de nombreuses délégations étrangères européennes, asiatique et arabes...Vous demanderez à la RAM les difficultés qu’elle a eues à faire face aux demandes de billets sur Agadir pendant les 4 journées du Salon.Monsieur le ministre a dû jongler avec un agenda des plus lourds, ce jeudi 24 novembre, et trouver un billet, chose a priori facile, pour nous faire l’honneur de sa présence. Nous tenons à lui exprimer nos profonds et sincères remerciements pour son engagement à encadrer et soutenir les futures éditions de cette indispensable manifestation, qui en est à sa quatrième, et que votre journal a jusque-là traitée avec objectivité.Pour la fréquentation des colloques:Si l’affluence lors de la première demi-journée d’études du 24 novembre, pendant laquelle votre journaliste était présente, était modeste, il n’en demeure pas moins que l’après-midi, la salle de conférences a accueilli pas moins de 100 participants, dont le président de la Fenip, le directeur du Centre régional d’investissement d’Agadir, le président de la Fipromer ainsi qu’un public varié d’opérateurs, universitaires, chercheurs, étudiants et visiteurs d’horizons divers. Il a été question de la valorisation des produits de la mer et du lancement du pôle de compétitivité régional pour la pêche. Ce projet initié par les opérateurs privés de l’industrie de transformation fait suite aux recommandations du plan Emergence. La matinée du samedi 25 novembre a été, quant à elle, marquée par la présence des opérateurs espagnols ainsi que les représentants d’associations et consortiums de sociétés mixtes. Cette demi-journée était une première dans le sens où les Marocains et les Espagnols ont débattu, dans une rare sincérité et rapprochement, la question de la coopération marocco-espagnole dans le secteur de la pêche en amont et en aval de la filière, dans un souci d’aller au-delà des accords de pêche traditionnels.Ceci étant, je vous rappelle que même si les conférences ne sont qu’un volet du salon AFM, celui-ci a eu le mérite, depuis sa création, de poser les questions de fond relatives au secteur et indispensables à la construction d’une politique des pêches maritimes. Construction entamée dans les pays européens voisins depuis des décennies et non encore achevée. Ce qui dénote de la complexité de ce secteur.AFM a le mérite d’exister malgré la conjoncture difficile et la situation de marasme que vit le secteur. Nos 120 exposants (160 entreprises) sont majoritairement satisfaits, les bonnes affaires étaient au rendez-vous, comme pour les précédentes éditions, et de nombreuses sociétés étrangères sont implantées au Maroc grâce à la tenue d’AFM.Au-delà de ces chiffres, je tiens à vous rappeler que le salon Agadir Fish Morocco est un salon qui a trouvé sa place sur l’agenda des professionnels et qui n’a compté jusqu’à ce jour que sur les efforts et la volonté de ses organisateurs et de deux sponsors qui le soutiennent.Au niveau d’Agadir, l’infrastructure adéquate pour organiser un salon fait défaut, et le fait d’implanter un salon sur un terrain non équipé nécessite des efforts et des moyens financiers colossaux. Vous imaginez donc l’ampleur de la déception causée par votre éditorial.Enfin, j’aurais souhaité que votre quotidien, que nous respectons tous, choisisse d’encourager et d’accompagner cet événement, c’est surtout de synergies dont nous avons besoin, au lieu d’anéantir le labeur des organisateurs. «Touchée?»»

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc