×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Retro 2003
BTP: Un secteur plus que prometteur

Par L'Economiste | Edition N°:1674 Le 31/12/2003 | Partager

. L'activité a été boostée par la politique du logement social amorcée par le gouvernement . Elle a été accélérée après les événements du 16 mai Hors agriculture, le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP) a représenté un véritable levier de croissance ces dernières années. C'est un secteur particulièrement prisé de la cote, dont la croissance bénéficiaire provient exclusivement de l'activité opérationnelle des cimenteries. “L'année 2003 a été bénéfique pour les BTP et les perspectives sont davantage prometteuses”, estiment les analystes de Wafa Bourse. Plusieurs sociétés du secteur sont, en effet, engagées dans d'importants projets d'investissement. En tout, l'enveloppe globale se situe aux alentours de 5 milliards de DH. Les opérateurs ont mis en place d'ambitieux programmes d'investissement. Le groupe Lafarge a démarré en 2001 un plan d'investissement qui s'est étalé jusqu'à 2003. Un budget de 2,3 milliards de DH a été consacré à la construction de l'usine Tétouan II et à l'extension des unités de Meknès et Bouskoura (www.leconomiste.com). De son côté, Holcim Maroc a programmé pour 2003 la construction progressive d'une nouvelle usine à Settat, pour s'approcher de la région de Casablanca, jugée très prometteuse. Quant à Ciments du Maroc, outre des investissements de modernisation à Safi, cette entreprise a aussi décidé de se déployer dans la région de Laâyoune.Autre fait qui conforte la croissance de l'activité des BTP, le déficit national en matière de logements et d'infrastructures conjugué au phénomène d'urbanisation. C'est ainsi que le gouvernement a arrêté en 2003 une enveloppe de 32 millions de DH à investir dans les infrastructures. Les principaux projets ou chantiers en cours sont le programme de lutte contre l'habitat insalubre PARH1 (étalé sur 10 ans), dont la nouvelle taxe sur le ciment (+50 DH/tonne), instaurée le 1er janvier 2002, constitue l'une des sources de financement. Les orientations du plan 2002-2007 concernent le renforcement du réseau routier (tronçons d'autoroute) sur les axes nord, centre et sud (11 milliards de DH) et rocade du nord (5 milliards de DH). La construction des barrages et des systèmes d'irrigation, la consolidation des infrastructures portuaires, laissent présager une croissance encore plus forte dans les années à venir.S'ajoute à tout cela la mise en chantier d'importants projets touristiques, à Marrakech et Agadir par de grands groupes hôteliers tels Accor, Sol Melia et Club Med. Il en est de même de l'aménagement des 5 nouveaux sites de Saïdia, Khmis Sahel, Elhaouzia-El Jadida, Mogador-Essaouira et Plage Blanche. Outre ces différents projets, le secteur BTP a été dynamisé par la politique gouvernementale en matière de logement social. Cette politique qui vise à assainir un secteur en pleine crise (en témoignent les nombreux bidonvilles que comptent les villes du Royaume) a connu un véritable coup d'accélérateur après les événements du 16 mai 2003. De plus, elle vient de franchir une étape importante. Et ce après la signature, vendredi 26 décembre, de la convention portant création de deux fonds de garantie pour l'acquisition d'un logement social. L'Etat donne ainsi le coup d'envoi pour la mise en oeuvre des fonds de garantie prévus initialement par le projet de budget 2004.Par ailleurs, le regain de dynamisme que connaît actuellement le secteur des BTP ne s'accompagne pas d'un effort soutenu de formation de la part des professionnels. Les entreprises BTP contribuent à hauteur de 8% dans la taxe de formation professionnelle (TFP), mais n'en utilisent réellement que l'équivalent de 2%. Avec plus de 310.000 emplois directs et un chiffre d'affaires annuel dépassant les 38 milliards de DH, l'activité représente 5% en moyenne du PIB et compte près de 10% de la population active urbaine. Dans ce secteur, les entreprises s'organisent en fonction des projets ou des chantiers. En outre, l'activité n'est pas sédentaire et le nombre de saisonniers est assez important, ce qui ne favorise pas, selon les professionnels, une visibilité sur les actions de formation à entreprendre. De même, de nombreuses entreprises BTP semblent peu conscientes de l'importance de l'amélioration continue des compétences de leur personnel, y compris celui dirigeant. Elles se mobilisent donc peu pour la formation continue. Pour remédier à cette situation, la Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics (FNBTP) a lancé, cette année, un programme de formation sectorielle en collaboration avec le programme Meda. Les entreprises éligibles (celles qui versent la TFP) bénéficient du système tiers payant, dans le cadre des contrats spéciaux de formation (CSF). Elles n'ont à payer que l'équivalent de 20% du coût de formation. Le reste est reversé directement par l'OFPPT à l'organisme de formation en vertu de la dernière réforme des CSF en 2002.


Contrat-programme

Un contrat-programme quinquennal s'étalant de 2003 à 2007 est prévu entre le ministère de tutelle et la région de Casablanca dans le but d'instaurer un partenariat entre l'ensemble des intervenants du secteur, pour mettre fin au problème de l'habitat insalubre. La métropole connaît, en effet, le lancement de plusieurs chantiers, notamment le projet de construction à moyen terme de plus de 83.000 logements par le secteur privé.Un projet dont le coût est estimé à 12 milliards de dirhams et qui permettra la création d'environ 20.000 emplois et la mise en place de nouveaux pôles urbains à Aïn Harrouda (sur 1.000 ha) et à Nouaceur (sur 800 ha).Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc