×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Renouvellement de la Chambre des Conseillers: L'USFP s'enfonce

Par L'Economiste | Edition N°:1618 Le 08/10/2003 | Partager

. Nette avancée de la Mouvance populaire. Tout sera en place pour l'ouverture de la session d'automne présidée par le Souverain ce vendrediLes résultats définitifs du renouvellement du tiers de la Chambre des conseillers étaient très attendus hier. Selon les premières informations qui ont filtré, c'est le MNP de Mahjoubi Aherdane qui caracole en tête avec 12 sièges. Il est suivi de près par l'Istiqlal avec 11 sièges et le RNI 10. Le parti de Abbas Al Fassi enregistre une nette avancée. Ce n'est pas le cas pour le RNI qui avait perdu 16 sièges lors du tirage au sort de juillet dernier. Ils sont talonnés par le MP qui a obtenu 9 sièges. Quant à l'UC et le PND, ils obtiennent chacun 7 sièges. Ces formations sont suivies par l'UD de Bouazza Ikken avec 6 sièges, le PPS avec 3 sièges et autant pour Al Ahd et le MDS. Le FFD aurait obtenu 2 sièges au même titre que les SAP et l'USFP. C'est une dégringolade pour le parti de Abderrahman Youssoufi qui ne pourra pas réunir le nombre suffisant pour constituer un groupe parlementaire. Pourtant, il s'était classé deuxième lors des élections communales du 12 septembre. Normalement, cela devait ressortir ne serait-ce que pour le collège des collectivités locales où il fallait élire 54 conseillers. Les autres partis ont obtenu chacun un siège (ADL, PLM, Choura Wa Al Istiqlal, Al Wassat Al Ijtimaï…) . Evénement politique de premier ordreLe ministère des Relations avec le Parlement attend ces résultats définitifs pour mettre en place toutes les dispositions afin d'accueillir les 90 conseillers fraîchement élus. Pour cela, le département attend la liste exacte des conseillers élus pour les collèges des collectivités locales, des Chambres professionnelles et des salariés du 6 octobre dernier. Le ministère de l'Intérieur, qui supervise cette opération électorale, remettra cette liste à la Primature qui se chargera de l'envoyer au ministère des Relations avec le Parlement. C'est important puisque l'ouverture de la session d'automne sera présidée par le Souverain ce vendredi 10 octobre. Les parlementaires des deux chambres et les membres du gouvernement au grand complet assisteront à cette cérémonie considérée comme un événement politique de premier ordre. A cette occasion, SM le Roi prononcera un discours très attendu. Il n'est pas exclu que le Souverain aborde les chantiers prioritaires pour cette session comme la loi sur les partis ou le droit de grève. En tout cas, le discours du Souverain au Parlement est un moment fort de la vie politique et économique du pays. Pour l'ensemble de la classe politique et l'exécutif, c'est un véritable programme.Il n'y a pas de doute que les résultats des élections du 6 octobre vont reconfigurer les équilibres dans la deuxième chambre. Mais il faudra attendre l'inscription des conseillers dans les groupes pour avoir une idée précise sur les nouveaux équilibres politiques à la Chambre des conseillers. Mais d'ores et déjà, on peut avancer que les partis de la mouvance populaire enregistrent une avancée considérable. Il faudra également attendre les résultats du collège des salariés organisé à l'échelle nationale. Il est incontestable que des figures tombées lors du tirage au sort du 8 juillet sont de retour. Il s'agit notamment de Saïd Tadlaoui, ex-chef de groupe parlementaire du PND, de Mahmoud Archane, patron du MDS et de Abderrahmane Labdag, président du groupe MNP. Idem pour Mohamed Fadili de l'UD, ex-premier vice-président de Mustapha Oukacha. D'autres n'ont pas eu la chance de retourner au Parlement comme c'est le cas de Abdelilah Mkinsi du RNI qui avait brigué la présidence de la Chambre des conseillers il y a trois ans. L'ancien trésorier du Royaume, Salah Hamzaoui, qui avait quitté le parti de Mahjoubi Aherdane pour rejoindre le PND de Abdallah Kadiri, ne reviendra pas non plus. Cette transhumance ne lui a pas porté chance. . Jouer des coudesFait marquant, une liste de l'UC a pu obtenir deux sièges dans la région de Kénitra. Il s'agit de celle menée par Driss Radi. En attendant, les conseillers procèderont à l'élection des instances de la chambre, y compris le président, juste après l'ouverture de la session d'automne. Ces moments sont très attendus. Les observateurs s'attendent à voir, encore une fois, les candidats à la présidence jouer des coudes. Il s'agit du troisième poste important dans la hiérarchie de l'Etat, convoité par plusieurs conseillers. Chacun voudra tenter sa chance. A cette occasion, le risque de voir le scénario de l'élection des maires des six grandes villes se reproduire est grand. En effet, des conseillers peuvent contracter des alliances contre nature pour arriver à la présidence. Mustapha Oukacha, président sortant RNI ne sera pas le seul candidat d'autant que c'est son parti qui avait le plus souffert du tirage au sort. D'autres candidatures au sein de la majorité gouvernementale seront en piste. La mouvance aura beaucoup de chance de remporter le fauteuil. Rappelons que 90 conseillers siégeront pour neuf ans à la Chambre des conseillers. Sur ce total, 54 représentent le collège des collectivités locales, 27 le collège des Chambres professionnelles et 9 celui des salariés. Le choix se fait par région en fonction des sièges à pourvoir suite au tirage au sort effectué à la Chambre des conseillers au terme de la session du printemps le 9 juillet dernier. Seul le choix des représentants des salariés s'effectue au niveau national.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc