×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:269 Le 27/02/1997 | Partager

    · Procès Benabderrazik: Consternation
    Le Bureau exécutif de la Fédération Nationale des Syndicats des Pharmaciens du Maroc exprime sa consternation suite à l'arrêt rendu par la Cour d'Appel de Casablanca dans l'affaire des gammaglobulines, où M. Benabderrazik a été condamné à six ans de prison ferme.
    «Les pharmaciens qui ont toujours exprimé leur confiance dans la Justice de leur pays ne comprennent pas»; ils demandent pourquoi Benabderrazik a été condamné alors qu'il n'est pas le pharmacien responsable d'Ingéfarm.
    Ils estiment qu'il ne peut être tenu pour responsable de la qualité d'un médicament fabriqué par une firme étrangère, surtout pour des échantillons qui n'ont pas été commercialisés.
    Le témoignage unanime des experts en faveur de Moncef Benabderrazik n'a pas été pris en compte.

    · Cour d'Appel: Démonstrations de force
    Les affaires de l'assainissement vont de report en report. L'affaire des cadres de la Douane, dont MM. Ali Amor et Jaï Hokimi Hammad, anciens directeurs généraux, a fait l'objet d'une séance le mardi 25 février et a été reportée au 5 mars. La défense a demandé la convocation de 24 témoins. Opposition du parquet qui a rappelé que, parmi les témoins cités, certains purgent une peine d'emprisonnement ou ont été disculpés comme Belbachir et que les autres avaient déjà fait leurs dépositions.
    Un incident a eu lieu lorsque le président a réagi violemment contre les propos d'un avocat de la défense en suspendant la séance, après avoir averti les avocats que la Cour n'est pas le lieu indiqué où ils pourront venir «exposer leurs muscles». Au nom des avocats, le bâtonnier, Me Naciri, a répliqué au président que, jamais en trois décennies de pratique, les avocats n'avaient été traités de la sorte. Finalement, tout le monde s'est apaisé quand le président a affirmé que l'énervement est humain. Aucune suite n'a été donnée à l'incident.

    · Cour d'Appel (suite)
    Pour des raisons propres à chaque affaire, les dossiers de l'assainissement actuellement en appel ont été renvoyés au mois de mars. Le 5 seront présentés les dossiers de MM. Abderrahim Ben Naoum et de Rahmani El Ghali. Le 7 mars, ce sera le tour des affaires Aplha Jean's de M. Mohamed Azzouz et des sociétés Dolatex et Patchotex appartenant à M. Jilali Farih, impliqué avec 8 autres personnes. MM. Boutaleb et Tahiri, des sociétés Malika, Marya et Princesse, qui ont comparu en état de détention, ont été renvoyés au 12 mars. L'expert chargé par le tribunal de trier les comptes de ces sociétés a demandé un délai supplémentaire, jusqu'au 20 mars, pour terminer. Après l'opposition du parquet, un compromis a été trouvé pour la date du 12 mars.

    · Benmoussa n'est plus
    Haj Abderrahmane Benmoussa, déclamateur du Coran, est décédé lundi 24 février à l'âge de 90 ans. Le défunt a enseigné le Coran au Collège Royal où il avait comme élèves notamment SAR le Prince Moulay Hassan, SAR le Prince Moulay Abdellah, SAR le Prince Héritier Sidi Mohammed et toute la descendance royale.

    · Justice: Les propos du ministre
    Le ministre de la Justice, M. Amalou, a déclaré lundi lors du discours d'inauguration du cycle de formation de 124 magistrats, que «le Ministère de la Justice a mis en oeuvre un vaste et ambitieux programme de réformes et de rénovations de l'institution judiciaire afin de mieux l'adapter à l'évolution, aux mutations économiques et sociales et à l'ouverture sur le monde extérieur». Selon le ministre, cette entreprise a été jusque-là menée à bien et a donné ses fruits puisqu'«il y a eu la refonte de nombreux textes législatifs et réglementaires, la promulgation du nouveau code de commerce et des lois relatives à la société anonyme...». Et d'ajouter, liant la Justice et l'économie: «Le Maroc ne cesse de traduire dans les faits la corrélation entre les concepts de justice, l"Etat de droit, les droits de l'Homme et le développement».

    · Qualité: La méthode HACCP
    Convergence Conseil organise, les 11 et 12 mars, un séminaire qui a pour thème «HACCP: Nouvel outil pour la Maîtrise de la Qualité». L'HACCP est une méthode d'analyse des dangers et contrôle des points critiques qui s'adresse à des industries de grande consommation. Contact: Mlle Fajry au (02) 94.19.00/02.

    · FAJEM: Nouveau siège
    La Fédération des Associations des Jeunes entrepreneurs du Maroc (FAJEM) a ouvert son nouveau siège à Casablanca, sis Résidence Iman Center, rue de la Plage (angle Av. des FAR), 3ème étage. BP11145, Casa-Bandoeng. Un espace-business est dédié aux jeunes entrepreneurs membres et jeunes promoteurs ainsi qu'aux jeunes porteurs de projets. Un conseiller juridique et un expert-comptable sont mis à la disposition des adhérents.

    · AG de l'ATAF
    L'Association des Transporteurs Aériens Francophones (ATAF) a tenu les assises de son assemblée générale le 21 février à Marrakech à l'initiative de M. Hassad, PDG de la RAM. L'accent a été mis entre autres sur l'aspect de formation dans le cadre du Club de coopération qui permet la mise à niveau des faibles compagnies de la région.

    · Agence du Nord-Mexique
    Après les Pays-Bas et l'UE, le directeur général de l'Agence du Nord, M. Hassan Amrani, établit des liens de coopération avec le Mexique. Les opérateurs se disent particulièrement intéressés par les projets routiers et leur exploitation dans le cadre concessionnel, la construction de logements sociaux et la réalisation d'investissements touristiques.

    · Bureau régional de la Banque Mondiale
    Comme déjà annoncé par L'Economiste, la Banque Mondiale ouvrira un bureau régional à Rabat qui se chargera de traiter les dossiers de l'Afrique du Nord. Lors d'une réunion qui a eu lieu dernièrement entre une délégation de la BM et des responsables du Ministère des Finances, il a été convenu de l'organisation d'un colloque sur les «Perspectives de croissance en Méditerranée» du 12 au 18 mai à Marrakech, selon l'AFP.

    · Le Maroc, un bon filon pour Air Liberté
    Air Liberté mise beaucoup sur la desserte marocaine qui est l'une des plus rentables de la compagnie. A elle seule, elle assure quasiment l'équilibre des résultats de la compagnie, indique l'AFP. Air Liberté envisage de renforcer ses dessertes sur le Maroc pour passer à une fréquence quotidienne pour la prochaine saison.

    · Accor change de tête
    M. Jean Marc Espalioux, énarque, 44 ans, ancien directeur financier de la Générale des Eaux, a été nommé président du directoire du groupe Accor depuis le 1er janvier 1997. M. Espalioux connaît bien la maison, car il a siégé au conseil du groupe pendant huit ans.
    Paul Debrule et Gérard Pélisson, les légendaires coprésidents et cofondateurs garderont cependant un oeil sur le pilotage de l'entreprise. Ils présideront le conseil de surveillance "afin de faire profiter le nouveau président de leur expérience".

    · La CFD sur Internet
    Pour améliorer l'information de ses interlocuteurs français et étrangers, la Caisse Française de Développement (CFD) vient d'ouvrir un site sur Internet. Il est accessible en tapant http://www.cfd.fr.

    · Association humanitaire
    De jeunes Maghrébins résidant en France viennent de créer une association d'aide humanitaire dite «A.H.D.EC» (Aide Humanitaire pour le Développement EuroContinental).
    Cette association a pour but de recueillir des dons auprès de bienfaiteurs et d'organiser des animations dont les recettes permettront l'achat de matériel médical, paramédical, de fournitures scolaires... destinés à des familles maghrébines nécessiteuses.

    · Sheraton: Visite de Weadock
    Le Sheraton Casablanca Hôtel a reçu les 19 et 20 février M. Daniel P. Weadock, senior vice-président de ITT Corporation et président et chef exécutif des ITT Sheraton Corporation. Cette visite-éclair lui a permis de se familiariser avec les unités ITT Sheraton Maroc.

    · Le Safir Casablanca entame ses rénovations
    Une opération de rénovation a eu lieu au cours du mois de Ramadan à l'hôtel Safir Casablanca, touchant les grands points de vente (restauration). Il s'agit en l'occurrence du restaurant Al Johara, de la discothèque le Palace et du bar Abou Nawas.
    Pour le restaurant Al Johara, ce sera une nouvelle carte ainsi qu'un nouveau plateau artistique avec de nouveaux chanteurs marocains et arabes.
    Au Palace, tous les soirs à partir de 21h00, un dîner-spectacle avec une troupe de ballet brésilien plus une carte spéciale dîner. Entièrement rénové avec un nouveau design, le bar Abou Nawas intègre une nouvelle animation avec des soirées Karaoké à partir de 22h. Ce début de rénovation, est-il indiqué, fait partie d'une stratégie de réaménagement et de transformation qui s'étendra au fur et à mesure à l'ensemble de l'hôtel.


    Précision
    Banque Mondiale-banques marocaines
    Dans L'Economiste du 20 février nous avons fait état d'opinions émanant de la Banque Mondiale concernant le système financier marocain. Cette dernière nous a demandé de préciser qu'il s'agit de «documents de travail» réalisés par des experts qu'elle a consultés et non de l'avis de la Banque Mondiale en tant que telle.

    · Manifestation contre le projet de loi Debré


    La querelle du certificat d'hébergement et plus généralement le projet de loi Debré sur les étrangers ont conduit à un vaste mouvement de protestation sur le macadam parisien. Le slogan des manifestants "1ère, 2ème, 3ème générations, nous on s'en fout, nous sommes tous des fils d'immigrés" est révélateur de l'état d'esprit de cette journée parisienne ensoleillée.
    Le respect des libertés publiques et de la dignité humaine, notamment après l'élection de Vitrolles, a largement contribué à cette mobilisation.
    Ce mouvement est l'émanation de la base et non des partis politiques.
    Les marchants d'idéologies et d'illusions font de l'étranger le bouc émissaire des problèmes d'emploi, de la mutation de la société française et plus généralement du mal-vivre d'une partie de la population de l'Hexagone qui rejoint le Quart-Monde.
    Ce lien, simpliste et erroné, fait l'économie d'une réelle réflexion sur la place de la France dans le monde, et particulièrement sur la nécessité d'approfondir et d'élargir (grand défi de la construction européenne) les bases de l'Union Européenne qui constitue une alternative crédible en terme de projet politique.

    Omar JOUAHRI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc