×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Privatisations: Lancement immédiat des premières opérations

    Par L'Economiste | Edition N°:25 Le 16/04/1992 | Partager

    La COMAGRI n'a pas fait l'objet d'évaluation par un cabinet d'audit, mais les travaux sont en cours au sein de l'Administration, avec le concours de la CNCA en tant que banque, indique-t-on de bonne source.
    Toujours de source autorisée, on indique que pour les participations minoritaires, la procédure retenue sera celle de l'appel d'offres.
    Par contre pour les grandes entreprises, le transfert fera certainement appel au marché financier. L'arrivée de ces titres sur le marché va dynamiser les échanges, estiment les observateurs, qui notent que les revenus moyens de la Bourse sont actuellement élevés et qu'en général seulement le cinquième de la demande de titres est satisfait.
    Cependant, on attend toujours les textes sur la réforme des marchés financiers.
    Par ailleurs, cinq agences marocaines viennent d'être invitées à faire des propositions de campagnes de communication. Elles doivent remettre leur projet au cours de la semaine du 20 Avril. Il s'agit de Klem RSCG, de Top Publicité, de Shem's, de Médias Conseil et de Alif. Cette campagne est conçue comme une campagne de base, d'information et de soutien. Les entreprises privatisables devront chacune pour sa part et en relation avec le Ministère, s'occuper de leur campagne spécifique. Cette procédure tend à impliquer au maximum les entreprises marocaines de conseil et est dans le fil des principes fixés par le Ministère pour la conduite des travaux annexes à la privatisation, souligne-t-on.
    C'est LMS Conseil et Eurofi qui ont préparé les études à partir desquelles devra être conduite la campagne de communication de base.
    Cette étude avait fait apparaître, rappelle-t-on, que les opérations de privatisation ne rencontrent plus d'opposition. Par contre une partie du public souhaite avoir davantage d'informations sur la privatisation et se révèle mal informée sur les possibilités d'épargne. L'investissement foncier reste largement en tête des placements, bien qu'il n'ait d'intérêt qu'au moment de la cession.

    N.S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc