×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Présidentielle US
    Clinton/Obama: Les écarts s’amenuisent

    Par L'Economiste | Edition N°:2769 Le 05/05/2008 | Partager

    . Obama critique «les fausses bonnes idées» de sa rivale. Hillary s’en défend et plaide pour un allègement fiscal Le ton monte entre Barack Obama et Hillary Clinton. A sa dernière sortie samedi dans l’Indiana, le candidat démocrate a durci ses attaques contre sa rivale, Hillary Clinton. Une sortie virulente faite sans doute dans l’espoir de s’attirer les faveurs de l’électorat ouvrier qui pourrait trancher de l’issue des étapes cruciales des primaires démocrates la semaine prochaine, avancent les médias américains. Le sénateur de l’Illinois a déclaré, en pleine campagne à Indianapolis, que le soutien de l’ancienne first lady à une suspension estivale des taxes fédérales sur le carburant symbolisait une candidature basée sur «de fausses bonnes idées, visant à gagner les élections plutôt qu’à résoudre véritablement les problèmes». Obama est opposé au plan de Clinton sur la suspension estivale des taxes sur les carburants, arguant que cela ne représenterait qu’un avoir de 30 cents par jour pour les consommateurs et que cela coûterait des milliers d’emplois dans le secteur de la construction. «Voilà ce qui fait office de décisions politiques à Washington: de fausses bonnes idées, calculées pour gagner les élections plutôt que pour résoudre véritablement les problèmes», a dénoncé Obama. «Faux», rétorque la sénatrice de New York en campagne en Caroline du Nord. Obama «est en train d’attaquer mon plan pour essayer de vous obtenir une pause cet été», a-t-elle déclaré à ses partisans. «Il n’y a pas de contradiction entre tenter d’obtenir un allégement fiscal immédiat et avoir une vision à long terme et un plan pour diminuer notre dépendance à l’égard du pétrole étranger et aller vers davantage de carburants domestiques», s’est défendue Hillary Clinton.Samedi, alors que l’ex-first lady était en campagne en Caroline du Nord, les sondages lui ont prédit une victoire sur Obama grâce notamment, au soutien croissant de l’électorat ouvrier. Elle devait ensuite retourner dans l’Indiana où les sondages annoncent des résultats très serrés mardi, pour tenter une dernière fois de creuser l’écart. Une chose est sûre, le candidat à l’investiture démocrate est en passe de perdre son avantage sur sa rivale dans l’électorat démocrate, selon des sondages récents. Depuis sa défaite en Pennsylvanie (est), le 22 avril, Obama s’est retrouvé sous le feu des critiques après de nouveaux propos incendiaires de son ex-pasteur. Le sénateur de l’Illinois a rompu les liens avec le révérend Jeremiah Wright, considéré comme son père spirituel, mais les dégâts causés par cette affaire semblent considérables. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc