×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

PO: Qoreï, Premier ministre sous garanties

Par L'Economiste | Edition N°:1598 Le 10/09/2003 | Partager

. Le chef potentiel du gouvernement palestinien veut avoir les moyens de son actionAlors que la pression internationale se fait plus forte que jamais pour exiger la démission de Yasser Arafat, l'Etat palestinien était officiellement hier en milieu de matinée sans Premier ministre. Ahmad Qoreï, successeur désigné de Mahmoud Abbas, aurait en effet donné lundi soir son “accord de principe” au dirigeant de l'Autorité palestinienne, mais il exige des garanties internationales avant que sa nomination ne soit officiellement annoncée. Selon le quotidien Yédiot Aharonot, il aurait ainsi adressé un message à Ariel Sharon dans lequel il demande notamment qu'Israël cesse les “assassinats ciblés” d'activistes palestiniens, lève les barrages routiers dans les territoires occupés, libère les prisonniers palestiniens, retire ses troupes des villes cisjordaniennes et rende à Arafat sa liberté de circulation. “Le succès du processus de paix dépend de la politique et des actes d'Israël sur le terrain. Si vous voulez que je réussisse, aidez-moi”, écrit encore Ahmad Qoreï dans son message. Toujours d'après le quotidien israélien, celui qui a été avec Abbas l'un des principaux artisans des accords d'Oslo en 1993 indique qu'il souhaite instaurer au plus vite un cessez-le-feu entre l'Etat juif et l'Autorité palestinienne. Cependant, les responsables israéliens exigent au préalable le “démantèlement des infrastructures terroristes”. C'est pour cela qu'avant de prendre officiellement ses fonctions, Ahmad Qoreï exige du quartette à l'origine de la “feuille de route” (USA, UE, ONU et Russie) de faire pression sur le gouvernement Sharon pour qu'il suive le plan de paix. Il demande également la fin du boycott d'Arafat, décrété par Israël en décembre 2001, et auquel les Etats-Unis se sont depuis ralliés. La nomination de Qoreï a reçu un écho globalement favorable de la part de la communauté internationale, hormis en Israël, où le ministre des Affaires étrangères Sylvan Shalom explique qu'elle “ne permettra pas la moindre avancée pour le processus de paix tant qu'Arafat continuera à tirer les ficelles”.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc