×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Pharmacie : Synthélabo réorganise ses sites industriels

    Par L'Economiste | Edition N°:58 Le 17/12/1992 | Partager

    Synthélabo, filiale pharmaceutique de l'Oréal va restructurer ses sites industriels afin de rationaliser sa production et acquérir une taille européenne. En rachetant, l'an dernier, les laboratoires indépendants Delalande et Delagrange. Synthélabo est devenu le quatrième pôle pharmaceutique en France derrière Rhône-Poulenc-Rorer, Sanofi et Roussel-Uclaf. Après avoir adopté deux plans sociaux chez Delagrange, le groupe pharmaceutique s'emploie à spécialiser chaque unité dans la production d'un type de produit.

    La restructuration, qui est prévue en plusieurs étapes, d'Avril 1993 à Juin 1994, va notamment toucher l'ancienne usine de Delagrange, à Chilly-Mazarin (région parisienne) où travaillent 180 personnes.

    A l'avenir, ce site sera consacré à la recherche, la production qui était effectuée sera reprise par les autres usines du groupe: Quéticy près de Dijon, Coutances en Normandie, Tours et Amilly près de Montargis. La direction de Synthélabo a annoncé des mesures de reconversion pour les 180 personnes concernées, mais le comité central d'entreprise les a refusées. Pour lui, il s'agit de licenciements déguisés, les reclassements devant se faire sur les autres sites. Au terme de la concentration des activités de recherche, qui aura nécessité un investissement de 35 millions de Francs, les effectifs passeront de 80 à 250 salariés dès Janvier 1993. Selon la direction de la filiale de l'Oréal, la réorganisation de la production n'aurait aucune incidence sociale. Elle devrait au contraire se traduire par la création d'une dizaine d'emplois.

    Pour 1993, Syndthélabo table sur un chiffre d'affaires supérieur à 7 milliards de Francs, dont 50% hors France, et prévoit d'investir 1,2 milliard en recherche et développement.

    Rubrique réalisée par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc