×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Poids lourds : RVI adopte un plan social

    Par L'Economiste | Edition N°:58 Le 17/12/1992 | Partager

    Renault-Véhicules Industriels (RVI) devait présenter hier, Mercredi 16 Décembre, au nouveau bureau du comité central d'entreprise "un plan d'amélioration de la compétitivité" (PAC) comprenant la suppression de 1.348 emplois sur un total de 16.874. Ce plan social, qui entrera en vigueur en l993, va concerner tous les sites de production de RVI, à l'exception de Limoges. Selon les syndicats, les principaux établissements visés sont Vénissieux, Blainville, Bourg-en-Bresse et Annonay. Les suppressions d'emplois atteindront ces sites dans des proportions différentes. Les usines les plus affectées seront celles de Blainville (423 postes) et Vénissieux (484 postes). Jusqu'en 1978, année de la fusion Berliet-Saviem, l'entreprise comptait encore en 33.861 salariés rappelle l'organisation syndicale CFDT. Pour l'heure, la direction du constructeur français reste assez discrète sur les raisons du dégraissage. Mais lors du dernier Mondial de l'Automobile, elle avait invoqué la dégradation du marché du poids lourds et l'état des comptes de l'entreprise. Ce marché a, en effet, connu et connaît encore une sévère récession en Europe et même aux Etats-Unis, et aucune perspective d'amélioration à moyen terme n'est pour l'instant apparente. Le montant des pertes de RVI pour 1992 devrait avoisiner un milliard de Francs. En 1991, la filiale poids lourds de Renault avait dégagé un bénéfice de 23 millions de Francs. Selon la CFDT, maintenant chargée du secrétariat du comité central d'entreprise en lieu et place de la CGT, le nouveau P.A.C. sera accompagné de jours de chômage technique: un jour sur deux pour certains sites durant le premier trimestre de 1993.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc