×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Oujda/Indh: Comment impliquer les populations locales

Par L'Economiste | Edition N°:2385 Le 18/10/2006 | Partager

. 5.509 démunis recencés dans la capitale de l’Oriental. L’ensemble des chantiers représente un investissement de 149 millions de DH  Selon un recensement effectué par la Division de l’action sociale (DAS) de la préfecture d’Oujda Angad, 5.509 personnes vivent une extrême précarité. Il s’agit de 1.592 femmes (28,90%), 1.453 enfants de la rue ou abandonnés (26,38%), 1.010 personnes âgées (18,33%). Il y a également des nécessiteux sans aucune ressource (641), des aliénés sans abri (470), des mendiants et vagabonds (336) représentent respectivement 11,66%, 8,13% et 6,10%. Quant aux ex- détenus sans ressource, on en a recensé 7.Sur ce total, seules 46,32% personnes bénéficient d’une prise en charge dans les différents centres d’accueil de la ville. Des centres en nombre insuffisant et qui ne répondent pas à la demande. Ainsi l’effort, selon le responsable de la DAS, est concentré sur les 53,68% qui vivent au dessous du seuil de pauvreté. Le programme présenté lors de la journée de communication et d’information le 13 octobre dernier prévoit de nombreux projets de mise à niveau, d’élargissement et d’équipement des centres d’accueil existant. Trois nouveaux centres sont prévus. L’investissement global consacré à ce programme de lutte contre la précarité dans le milieu urbain est d’environ 20 millions de DH dont plus de 11 millions de DH alloués par le programme l’Initiative nationale de développement humain (INDH). Le montant restant est une contribution  de la société civile: ssociations Espaces jeunes, Maison de bienfaisance d’Oujda, Secrétariat d’Etat chargé de la Famille, de la Solidarité et de l’Action sociale. Lors de cette rencontre avec les représentants du tissu associatif de la ville, des politiques, syndicalistes, promoteurs économiques, représentants d’organismes élus et d’organes de presse, Mohammed Brahimi, wali de la région de l’Oriental et gouverneur de la préfecture d’Oujda a fait une description exhaustive des objectifs visés par le programme INDH 2006. Il s’agit notamment de la prise en charge des citoyens en situation difficile et de la revalorisation du concept du soutien solidaire. Concept qui englobe le renforcement du réseau d’accueil et l’éducation pour faciliter la réintégration des personnes marginalisées. Par ailleurs, la lutte contre l’exclusion en milieu urbain est aussi au menu. Six quartiers (Smara, Ghar El Baroud, Qettar, M’harchi, Jorf Lakdar et M’Bassa) ont été retenus. Le combat contre la pauvreté en milieu rural concerne pour l’heure Mestferki et Sidi Boulanouar, deux communes très pauvres de la préfecture d’Oujda. A noter que le programme bénéficie aussi à 5 collectivités locales, 5 coopératives et 23 associations.  Ces entités ont été retenues suite à un appel d’offres. L’ensemble de ces projets représente une enveloppe de 62 millions de DH. L’objectif aussi est de sensibiliser, selon le wali, toutes les composantes de la société civile afin que les citoyens bénéficiaires s’approprient ces projets réalisés et optimisent leurs rendements au fil du temps. Un programme est à l’étude dans ce sens. De notre correspondant, Mohamed ZERHOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mareaction[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc