×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Groupe Lexpapier-Sonacar-SMRR
Une intégration verticale

Par L'Economiste | Edition N°:2385 Le 18/10/2006 | Partager

. Croissance de 12% par rapport à une évolution moyenne du marché de 7%. Productivité de 403 tonnes/personne contre 115 pour la moyenne du secteurLE Maroc apparaît comme un marché faiblement utilisateur d’emballages mais en évolution constante. Il progresse de 7% pour atteindre en 2006 un volume de 160.000 tonnes (emballage et carton), avec une consommation en carton ondulé par an et par habitant estimée à 5,3 kg contre 7,5 en Tunisie. Ce qui reste faible. C’est dans ce contexte que le groupe Lexpapier-Sonacar (Société nationale de carton) vient d’investir dans deux machines qui ont porté sa capacité de production annuelle de carton et emballage à 50.000 tonnes. Soit près de 33% des besoins du marché marocain. La dynamique du marché du carton et de l’emballage au Maroc est réelle, avec 56% de la production de l’industrie de l’emballage confondue. D’ailleurs le propos d’Aziz Jabri, directeur général du groupe Lexpapier-Sonacar l’atteste: «Le secteur est aujourd’hui en plein essor, depuis notamment la modernisation du tissu commercial, favorisant l’utilisation d’emballages surtout dans le domaine de la grande distribution». Preuve par les chiffres. Sur ces cinq dernières années, il y a eu la hausse de volume à deux chiffres de Sonacar qui s’est accélérée ces deux dernières années par la confiance du marché et des donneurs d’ordres. La croissance moyenne entre 2000 et 2005 de cette unité a été de 12% par rapport à une évolution moyenne du marché de 7%. Une dynamique, qui selon Aziz Jabri, s’explique par une stratégie d’investissement soutenue dans l’automatisation et le contrôle continu du produit. Mais également par la hausse de capacité de production (avec l’installation des deux nouvelles machines), résultat d’une mise en place d’une surcapacité structurelle permettant de maintenir les délais de production et de livraison, même pendant les plus gros pics de demandes du marché. Ces nouvelles lignes de production ont impacté toute la chaîne de Sonacar. Elles ont permis également de répondre à la demande du marché et de donner un produit fini aux standards européens. Leurs technicités avancées permettent non seulement une flexibilité dans la gestion et hausse des productivités, mais réduisent les coûts de revient. Au marché du carton et emballage mature et de plus en plus exigeant, ces installations offrent la possibilité d’impression de haut de gamme anticipant ainsi sur ces besoins futurs.Lexpapier-Sonacar a entrepris une stratégie de modernisation de son outil de production et initié une mise à niveau de ces unités satellites. Lexpapier, spécialisée dans le PPO (papier pour ondulé), vient de voir ainsi sa production dopée. Sa capacité est passée de 35 à 80 tonnes par jour dans une perspective à moyen terme de 100 tonnes par jour pour une production annuelle de 25.000 tonnes. De plus, cette unité s’est spécialisée dans le papier haut de gamme, en injectant des produits à base de cellulose dans ses préparations. Une première dans le secteur au Maroc. Elle est passée du fluting (papier d’ondulation) et test-liner (papier de couverture)simple au HP fluting & HP test-liner (high performance). Cette modernisation de l’outil a permis une productivité de 403 tonnes/personne contre 115 tonnes, la moyenne du secteur.Pour gérer au mieux le système d’intégration industriel mis en place par le groupe (voir schéma), de nouveaux outils sont en cours d’installation au sein de Lexpapier pour répondre aux exigences des hausses de volumes de Sonacar. A l’instar des entreprises du même domaine à l’international, le groupe Jabri, a initié et réussi à mettre en place une intégration industrielle verticale, allant de la récupération à la fabrication du carton, en passant par le triage et la fabrication de papier. Ce faisant, SMRR, filiale du groupe, spécialisée dans le ramassage et le recyclage, initie une nouvelle stratégie pour porter à 2.000 au lieu des 1.2000, le nombre de récupérateurs directs qui travaillent pour leur compte sur cinq sites à travers le pays. Le reste est affaire de management. Là-dessus, le groupe Lexpapier Sonacar favorise le management participatif et le management par objectif pour plus de responsabilité.


Chiffres clés

CAPITAL : 30.000.000 DH pour Sonacar et 46.000.000 DH pour Lexpapier Chiffres d’affaires à fin 2006 du groupe Lexpapier-Sonacar: 250.000.000 DHCapacité de production: 50.000 t Sonacar: 25.000 t LexpapierDate de création: Sonacar 1989 et Lexpapier 1995. SMRR (Société marocaine de recyclage et de récupération), filiale du groupe.


«Ce démantèlement est irréaliste»

L’Economiste: Quelle lecture faites-vous du projet de démantèlement tarifaire du secteur, proposé par le ministre de l’Industrie, du Commerce ?Aziz Jabri: Notre groupe est engagé depuis de nombreuses années dans un processus de mise à niveau nous permettant de gagner en efficacité malgré le démantèlement. L’accélération de ce processus reste problématique dans la mesure où sa probable mise en place ne s’est pas faite dans la concertation et nous mettrait devant un fait accompli. Cette accélération peut être gérée si elle est planifiée. Nous estimons que la première monture du démantèlement est plus réaliste, car elle atténue la pression sur l’industriel marocain et sauvegarde les emplois y afférents. - Quelles sont les menaces auxquelles le secteur carton et emballage est le plus exposé? - La fragmentation de certains de nos secteurs industriels et le coût de l’électricité sont les principales menaces. Nous pourrions améliorer nos coûts à travers la cogénération, mais la cherté des énergies fossiles complique l’accès à cette technologie. - Quels sont les signes qui laissent entrevoir aujourd’hui un avenir meilleur du marché de l’emballage au Maroc?- A l’échelle nationale, le potentiel de développement eu égard au niveau de consommation nationale, la diversification de la demande réduisant la dépendance vis-à-vis d’un secteur donné et l’impact des accords de libre-échange. A l’échelle de notre groupe, notre esprit d’innovation, de développement de solution accompagné par notre politique d’investissement par un dimensionnement de nos outils sont des fondamentaux contribuant à soutenir notre croissance.Propos recueillis par Bachir THIAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc