×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Organisée par L'Economiste avec la participation de Quadrichromie : Rétrospective de l'affiche publicitaire au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:48 Le 08/10/1992 | Partager

    Avec la participation de la société Quadrichromie (voir encadré), L'Economiste organisera prochainement une exposition rétrospective de l'affiche publicitaire au Maroc(1)

    L'affichage est un média de masse qui a ses indications, ses spécificités et son charme. Malgré cela, il demeure le parent pauvre de la publicité au Maroc.

    L'affiche, souligne M. Henri Sedbon(2), est un message immédiat, en "coup de poing". Cependant, ajoute-t-il, les publicitaires marocains ne peuvent pas en exploiter toutes les ressources, en raison de l'absence de bases juridiques favorables.

    En effet, quand on souhaite créer des supports d'affichage, on se heurte souvent, soit à des interdictions soit à un vide juridique.

    L'interdiction concerne l'affichage routier(3). Le vide juridique concerné les palissades urbaines.

    A Casablanca ne persistent que quelques palissades, reliquat de celles qui avaient proliféré au milieu du siècle.

    L'affichage a en effet eu ses heures de gloire au Maroc et particulièrement à Casablanca, à l'époque du Protectorat. Les palissades casablancaises accueillaient alors les campagnes de publicité lancées en France, pour des produits comme les chaussures Bally, la moutarde Amora ou l'eau minérale Evian, avec des affiches géantes pouvant atteindre 6 x 3m.

    Aujourd'hui, en dehors des quelques palissades "historiques" (rond-point Shell, rue Tahar Sebti, rue Allal Ben Abdallah on ne peut qu'exploiter les palissades de chantier, les clôtures de terrains (dans quelles conditions!) et le réseau White Owl.

    Le réseau White Owl, issu d'un investissement français, a démarré en Mars 1989.

    Son parc représente aujourd'hui 195 panneaux double face, dont 10 à El Jadida, le reste étant implanté à Casablanca. La base juridique de cette implantation est constituée par l'arrêté municipal permanent n°953 du 19 Juillet 1955. A Casablanca, White Owl a ainsi obtenu la concession auprès de 6 communes(4).

    Les promoteurs de White Owl ont apporté leur savoir-faire en matière de gestion de panneaux d'affichage. Un second investissement allait dans la même tendance vers la professionnalisation de l'affichage: la création de la société Affiche-Route.

    Si White Owl a choisi l'affichage urbain comme créneau, Affiche-Route, comme son nom l'indique, a visé l'affichage routier. Mais ce dernier, qui s'était timidement développé dans les environs de Casablanca, subit aujourd'hui les effets d'une réglementation décourageante(5). De sorte qu'Affiche-Route a recentré son activité sur les aéroports (panneaux implantés dans les enceintes et au niveau des accès à l'aéroport), à travers une concession de l'ONDA.

    Malgré l'existence des deux afficheurs White Owl et Affiche-Route, l'affichage demeure insuffisamment loti. Les annonceurs et les publicitaires ne disposent pas, comme en Europe, de réseaux de plusieurs centaines de panneaux, avec une couverture nationale.

    L'étroitesse du marché, l'insuffisance numérique des supports n'encouragent pas le développement de ce média et alourdissent le coût de chaque opération(6).

    Pourtant, les techniques modernes de graphisme et l'imprimerie sont pour la plupart présentes au Maroc.

    Dans le passé, souligne M. Habib Oualidi, Directeur Général de Quadrichromie, "les machines typographiques permettaient à peine de reproduire les visuels" d'une manière grossière; "la couleur", ajoute-t-il, "ne pouvait s'exprimer dans toutes ses nuances", l'évolution des techniques d'impression et de pré-presse, l'amélioration des performances de la sélection des couleurs ont permis "d'exprimer le print dans la version souhaitée par le concepteur". Ainsi, explique-t-il, "les multiples obstacles techniques pour réaliser une affiche dans toute sa splendeur et sa liberté créative ont été abolis". Ces différentes techniques sont disponibles au Maroc, sauf au niveau de l'impression finale où le format maximum que l'on puisse imprimer est limité à 1,60 x 1,20m(7).

    Quelques annonceurs arrivent à contourner ces difficultés et à exposer des affiches géantes. Ainsi, M. Sedbon en propose d'un format de 6 x 3m, peintes sur toile, dont chacune constitue une pièce unique. L'une de ces affiches sera exposée dans le cadre de la rétrospective organisée par L'Economiste.

    D'autres affiches, dont certaines remontent aux années 20, seront également exposées.

    Les personnes possédant des affiches publicitaires, anciennes ou récentes, et désireuses de les exposer sont invitées à contacter le comité d'organisation. Responsable: Mme Nadia Dupuis - Tél: (07) 77.40.28/29.

    N.E.

    (1) La date de l'exposition n'a pas encore été arrêtée, pour des raisons liées à l'organisation de la manifestation. Il est toutefois probable qu'elle aura lieu en Novembre.

    (2) Publicitaire, expert et figure très connue de la publicité au Maroc.
    (3) Dahir du 8 Avril 1938 tel qu'il est modifié par le Dahir du 19 Décembre 1968.
    (4) En contrepartie d'une redevance équivalant à 5% du chiffre d'affaires.
    (5) Les panneaux doivent être placés à 500m de la route et payer une taxe de 250DH par mètre carré. A cela, il faut ajouter la location du terrain, la fabrication et l'entretien du panneau.
    (6) Le coût de fabrication d'une affiche est d'autant plus élevé que le tirage est faible.
    (7) Le format est disponible chez Idéale.

    Quadrichromie

    Créée en Janvier 1990 en association avec un groupe français spécialisé, Quadrichromie réalise tous travaux d'édition, de photocomposition, de photogravure et de publicité.

    Basée à Rabat, Quadrichromie exploite le seul scanner à tambour de la capitale. Son département photocomposition est équipé du matériel le plus moderne dans le domaine de la PAO (publication assistée par ordinateur).

    En plus de cette station de PAO complète, la société est équipée d'un scanner Siemens, d'une caméra, de trois chassis, de deux développeuses et d'un ATM cromalin pour épreuves couleur.

    Quadrichromie réalisera le catalogue de l'exposition d'affiches.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc