×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Opep: La hausse des quotas divise les membres

Par L'Economiste | Edition N°:1854 Le 15/09/2004 | Partager

. Réunion ministérielle aujourd’hui à VienneC’EST aujourd’hui mercredi 15 septembre que l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) tient à Vienne une réunion ministérielle, dont l’objectif est de réviser ses quotas à la hausse afin d’officialiser sa surproduction actuelle.«Il n’y a pas de pénurie de brut, il n’y a pas de crise, je n’ai jamais vu de file dans une station-service où que ce soit dans le monde», a déclaré le ministre qatariote de l’Energie, Abdallah al-Attiyah, à son arrivée dans la capitale autrichienne. Il entend par là qu’il n’y a pas de pénurie de pétrole et que dans un tel contexte, une hausse des quotas de production n’est pas au coeur du débat. «Nous allons en discuter mais à mon avis, aujourd’hui, le problème du pétrole, c’est le marché», a-t-il souligné. Des propos en contradiction avec la position du Koweït qui annonçait la veille qu’il était favorable à une augmentation du plafond de la production de l’Opep. Et cela, d’au moins 500.000 barils/jour (bj) pour contenir la flambée des prix. Ce pays s’est dit, tout de même, prudent sur un ajustement à la hausse de la fourchette des prix du cartel.«Le Koweït produit actuellement à sa pleine capacité de quelque 2,5 millions bj (mbj) mais nous aurons une capacité additionnelle de 200.000 bj en octobre lorsque des travaux de maintenance auront été achevés», a déclaré le ministre koweïtien de l’Energie, cheikh Ahmad Fahd Al-Sabah.Pour leur part, l’Arabie saoudite et le Venezuela ont indiqué qu’ils n’y étaient pas favorables, alors que le ministre algérien de l’Energie, Chakib Khelil, a soutenu un relèvement des quotas pour «officialiser» la surproduction actuelle, d’au moins quelque 2 mbj.Le ministre koweïtien a manifesté sa prudence face aux appels à une hausse de la fourchette des prix du cartel. «Nous devons être très prudents sur cette question. Nous devons l’étudier davantage, d’autant plus que les prix montent et descendent rapidement. Nous demanderons à ce que le projet soit étudié en premier lieu par le Comité des stratégies», a dit cheikh Ahmad. Le président du cartel, l’Indonésien Purnomo Yusgiantoro, avait récemment évoqué une fourchette de 26-34 dollars pour un «prix souhaité» de 30 dollars le baril.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]miste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc