×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Net ralentissement du commerce mondial en 1998

Par L'Economiste | Edition N°:500 Le 05/05/1999 | Partager

· Les méfaits de la crise asiatique ont fortement pesé sur la croissance
· L'OMC prévoit cependant une modeste reprise pour 1999


LES répercussions de la crise asiatique ne se sont pas limitées aux seules frontières du continent des dragons. La récession est allée jusqu'à jeter son ombre sur le cours du commerce international.
En effet, la croissance des échanges internationaux s'est ralentie en 1998 après avoir été exceptionnellement forte en 1997. C'est d'ailleurs l'une des principales conclusions du dernier rapport de l'Organisation Mondiale du Commerce. Le volume des exportations mondiales de marchandises, indique le rapport, a été de 3,5% en 1998 après avoir enregistré un taux de croissance exceptionnel de 10,5% en 1997. En valeur, ces exportations se sont chiffrées à 5.200 milliards de Dollars, alors que celles des services commerciaux à 1.300 milliards de Dollars. Cela représente, selon le document, un recul de près de 2% de la valeur en Dollars par rapport à celle de 1997. Toutefois, les exportations en 1998 restent supérieures au niveau atteint en 1996. Toutes les grandes régions du monde ont marqué un net ralentissement de la croissance de leur commerce. En cause, la contraction des échanges enregistrée en Asie. Celle-ci a été déclenchée principalement suite au renversement des courants de capitaux privés, à la chute de l'investissement intérieur et des niveaux de consommation. Les importations dans cette région du monde ont effectivement fléchi de 8,5% en 1998 par rapport à l'année précédente.
De leur côté, les produits primaires ont également enregistré une baisse des prix, ayant particulièrement affecté les recettes des ventes des pays d'Afrique et du Moyen-Orient. En effet, les membres de l'OPEP, en plus de huit autres pays, tirent plus de 50% de leurs exportations du combustible. Par ailleurs, une vingtaine de pays, essentiellement en développement, doivent près de 35% des recettes de leurs exportations aux produits agricoles. Les prix du pétrole ont chuté de 30% et ceux des produits de base de 20%.
Les effets de contraction provoqués par la crise asiatique et la chute des prix des produits de base ont toutefois été atténués par le raffermissement de la croissance économique aux Etats-Unis et le renforcement de la demande en Europe occidentale.
Pour 1999, les rédacteurs du rapport prévoient une reprise modeste. C'est au cours de cette année que la chute brutale des prix du pétrole et des produits de base fera sentir ses effets sur l'investissement et la consommation. Il se peut toutefois que ces effets soient atténués dans le cas du pétrole si la hausse récente des prix s'avère durable. Parmi les pays industrialisés, ce sont les Etats-Unis qui devraient enregistrer le plus fort taux de croissance en 1999.

Abdelaziz MEFTAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc