×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    McDonald's ouvre le 18 Décembre

    Par L'Economiste | Edition N°:55 Le 26/11/1992 | Partager

    L'ouverture du premier restaurant McDonald's est programmée pour le 18 Décembre 1992. Après l'ouverture de Pizza Hut, au printemps dernier, c'est donc la deuxième installation de chaîne internationale de restauration rapide au Maroc. Les promoteurs de McDonald's prévoient, si le premier établissement fonctionne bien, d'ouvrir d'autres restaurants.

    Le McDonald's de Casablanca sera le premier restaurant de la chaîne en Afrique et dans le monde arabe. L'enseigne, le M sur le mat, a été installée il y a quelques jours, mais il y a longtemps que le projet était connu de tout Casablanca.
    Le montage de l'entreprise est classique: McDonald's a sur place une société, la Moroccan Restaurant Developpment, dont le suivi a été confié au cabinet Saadi et Associés et l'établissement lui-même est franchisé. La franchise a été donnée à M. Abderrahmane Belghiti, qui a créé la Société d'Exploitation de Restauration et Loisirs, la SERL. Cette société a 1 million de DH au capital, et est en train de le porter à 1,5 million de DH. Entre les associés actuels, "il n'y a pas de contrat d'exclusivité", précisent MM. Belghiti et Saadi.
    La SERL a apporté 8 des 20 millions de DH investis sur l'établissement de la Corniche, en face du Dawliz.
    Les 12 millions de DH restants ont été apportés par McDonald's. Le terrain est loué à la Commune d'Anfa. Les relations ainsi que le partage des investissements entre MRD, M. Belghiti et la SERL sont soigneusement définis à l'avance: royalties de 5% du CA, services et loyer de 10 à 14% du CA, part fixée à l'avance à réserver à la publicité. Cette dernière sera assurée par Cinémapresse.
    Les contacts existent depuis le début des années 80, se souvient M. Belghiti, mais jusqu'en 1990, les conditions d'installation et d'importations ne permettaient pas de lancer le projet. Le programme a donc été repris seulement il y a deux ans, mais il s'est heurté au conflit du Golfe et ce n'est qu'en Janvier 1992 qu'il a réellement pris forme. "Nous sommes dans les temps pour une ouverture au public le 18 Décembre prochain" , indique M. Belghiti.
    Pour le fonctionnement d'un McDonald's, c'est la formation du personnel qui est l'élément primordial.
    Dix managers ont été recrutés depuis le mois d'Avril et sont en formation en France. "La formation consiste en des cours et des travaux à tous les postes", explique M. Belghiti, qui est lui-même passé par le circuit: service, comptoir, caisse, cuisine..., mais qui n'a cependant pas fait "l'Université du Hamburger", à Chicago! "Sans ces formations il n'y aurait jamais eu de McDonald's, puisque le succès de la chaîne dans le monde repose sur la standardisation et la sophistication du travail" , explique M. Belghiti.
    Le restaurant de la Corniche emploiera une centaine de personnes qui commencent leur formation cette semaine. Environ la moitié du personnel travaillera à temps plein. Une partie est formée sur un ou deux postes et l'autre partie sera composée de polyvalents. Une cinquantaine de personnes auront des emplois à temps partiel, de préférence des étudiants, comme dans les autres McDonald's dans le monde. "Ce sera certainement une bonne expérience pour des jeunes, estime M. Belghiti, car le travail est très rigoureux et demande des qualités de gestion et de communication".
    Près de trois équipes sont nécessaires pour couvrir 15 heures d'ouverture ininterrompues chaque jour. Il faut s'attendre à des ajustements dans les heures d'ouverture et de fermeture, estiment les promoteurs, qui veulent avant tout suivre les besoins des clients.
    Commercialement trois types de services sont prévus: le restaurant-comptoir (au comptoir ou à emporter), le drive (au volant de sa voiture) et le kiosque (en terrasse: uniquement boissons et desserts).
    La gamme de prix pour un repas ira de 20-22 DH (repas le plus simple) à moins de 50DH (BigMac-frites-dessert-boisson).
    La SERL annonce qu'elle offrira des services spéciaux pour les enfants: repas certes, mais aussi animation, garderie... Elle fait de ce service un argument important pour se placer sur son créneau de restaurant familial, créneau inexploité hors des hôtels.
    Le service drive sera le premier au Maroc: outre son côté ludique, ce service se veut un service ultra rapide: McDonald's espère mettre seulement 20 secondes entre la commande et la livraison.
    La SERL compte que 2.000 à 3.000 repas seront servis par jour et M. Belghiti précise que le point mort se situe à 1.500/1.600 repas/jour. Les marges sont donc très serrées. Les prix de revient sont plus élevés au Maroc qu'en France et surtout aux Etats-Unis. Une partie des différences de coût s'explique par les transports, mais aussi et surtout par les droits de douane. "Nous allons être obligés par exemple d'importer les frites, parce que nous n'avons pas le choix: nous ne pouvons pas donner à nos clients, qui viennent pour les frites au goût McDonald's, des frites qui auraient un autre goût", explique prosaïquement M. Belghiti. Il en sera de même pour la viande et pour le pain, mais une variété de salades qui convient a été trouvée sur place. Elle sera utilisée, et peut-être, si la masse de la production est suffisante, sera exportée sur le réseau des McDonald's.

    N.S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc