×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Mauritanie/législatives: Vers une Assemblée sans majorité ferme

Par L'Economiste | Edition N°:2416 Le 06/12/2006 | Partager

. Le RFD devient le premier parti politique du pays avec 15 députésLES élections législatives en Mauritanie ont accouché d’une Assemblée nationale qui devra siéger sans véritable majorité à partir de 2007, à la fin d’une transition démocratique engagée par la junte qui a renversé l’ancien président Maaouiya Ould Taya en août 2005.Selon des résultats officiels publiés lundi 4 décembre, la coalition de l’ancienne opposition et les candidats indépendants issus de l’ex-parti au pouvoir sont sortis vainqueurs de ces élections, considérées comme libres et transparentes par l’ensemble des observateurs et des partis politiques.D’après ces chiffres annoncés par le ministre de l’Intérieur Mohamed Ahmed Ould Mohamed Lemine, la Coalition des forces de changement démocratique (CFCD, ex-opposition) a remporté 41 sièges sur les 95 que comptera la nouvelle Assemblée qui siégera après la présidentielle de mars 2007.Un des partis de cette coalition, le Rassemblement des forces pour la démocratie (RFD), devient le premier parti politique du pays avec 15 députés. Il devance un autre parti de l’ex-opposition, l’Union des forces de progrès (UFP, neuf députés).D’autres formations de la CFCD font leur entrée à l’Assemblée, dont les indépendants islamistes modérés (cinq députés) et l’ex-opposition armée en exil des Cavaliers du changement, devenue le Parti mauritanien pour l’union et le changement (PMUC, 3 sièges).Première mouvance politique du pays, la coalition est toutefois talonnée par le regroupement des indépendants, pour la plupart issus de l’ancien parti au pouvoir. Avec 29 nouveaux sièges remportés au 2e tour, les indépendants compteront au moins 39 députés.Le Parti républicain pour la démocratie et le renouveau (PRDR, ex-parti au pouvoir) obtient quant à lui seulement 7 sièges, mais il devrait pouvoir compter sur 8 autres députés membres de partis qui lui sont traditionnellement alliés.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc