×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Marrakech-Tourisme: Reprise pour 2004 grâce à l'incentive

Par L'Economiste | Edition N°:1655 Le 04/12/2003 | Partager

. Un congrès des professionnels de l'eau attirera 4.000 personnes en septembre. L'incentive profite aux unités 5 et 4 étoiles mais aussi aux riadsLa timide reprise touristique enregistrée depuis le début de la haute saison se confirme, du moins à Marrakech. Et c'est le segment des incentives qui reprend de plus belle. Il annonce apparemment une bonne année 2004 pour la ville ocre. Les demandes et les cotations émanent plus de marchés comme la France, l'Italie et l'Espagne avec des opérations de taille, jusqu'à 600 personnes (l'IWA -réseau de professionnels dans le domaine de l'eau- organise un congrès avec quelque 4.000 personnes en septembre). En revanche, sur la Grande-Bretagne et l'Allemagne en baisse, pas de changement. Les professionnels locaux de l'incentive reprennent donc espoir. Ce week-end d'ailleurs, Marrakech abrite la rencontre annuelle du groupement d'agences-conseil en événements et tourisme d'affaires de France (Anaé). Celui-ci, rappelons-le, fédère une centaine d'agences réalisant annuellement 70% de l'événementiel en France avec près d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires. L'Anaé assure la maîtrise globale du voyage, à savoir le conseil, la création ainsi que la production et réalisation. “Le fait d'avoir choisi la ville ocre comme lieu de séminaire est un véritable signe de reprise et de confiance dans le pays”, commente pour sa part Kamal Bensouda, président du CRT. «Nous espérons que cet organisme nous choisira désormais comme des partenaires à part entière et non de simples exécutants», renchérit Maatir Zohour Fassi Fihri, présidente de la commission marketing du CRT Marrakech et chef de projet de l'organisation de la convention Anaé. En attendant, la reprise est palpable dans les hôtels au vu des réservations enregistrées dans des établissements comme le Kenzi Farah, le PGP, l'Atlas ou encore le Méridien. Même schéma auprès des agences. «L'incentive profite aux unités 5 et 4 étoiles et aussi aux riads, puisque les entreprises séminaristes recherchent généralement des produits à forte valeur ajoutée, mais à des prix bas», fait remarquer un professionnel. En effet, quand bien même la forte reprise est attendue pour 2004, les tarifs pratiqués actuellement sur le marché ne sont pas ceux de 2001. De manière générale, le yield mondial (politique tarifaire) du tourisme reste à la baisse en raison du déséquilibre entre l'offre (en hausse) et la demande. Pour 2002, le segment des 5 et 4 étoiles a perdu jusqu'à 30% du chiffre d'affaires justement à cause des difficultés économiques qui ont touché les entreprises européennes, et donc les marchés-cibles des congrès et l'incentive. A cela s'ajoutent les pertes engendrées par les baisses de prix consenties par ces unités pendant la crise. «Il faut que le ministère s'implique davantage dans les candidatures des grands congrès et séminaires et vice versa», indique Fassi Fihri. L'ONMT avait promis de lancer une stratégie liée au tourisme d'affaires avec des outils de promotion. Cette stratégie tarde à venir.


Bon consommateur

De plus en plus de professionnels touristiques (hôteliers, riads et agences) cherchent à se positionner sur le créneau d'incentives. Très recherché, ce touriste est en effet plus grand consommateur que celui des tour-opérateurs. D'abord, son voyage coûte plus cher et du reste, il consomme aussi bien les produits touristiques (excursions, restaurants ). La moyenne de nuitées réalisée par les touristes d'incentive avoisine 4 nuits en moyenne et génère aussi un bon taux de retour. Enfin, toute opération organisée pour une grande entreprise, devient un argument de vente pour les autres. De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc