×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Agadir: Opération-pilote pour mieux préserver le littoral

Par L'Economiste | Edition N°:1655 Le 04/12/2003 | Partager

. Un atelier de réflexion sur la question s'est tenu les 2 et 3 décembreLa préservation du milieu marin est incontournable pour le développement socioéconomique du Royaume, surtout que le littoral est extrêmement lié au développement du secteur de la pêche et du tourisme. En raison de la forte présence de ces secteurs dans le Souss, la station balnéaire d'Agadir est particulièrement concernée. “Ceci d'autant plus que la ville est appelée à accueillir de grands projets touristiques et que la réussite de ces investissements est tributaire du respect des normes environnementales'', a indiqué Mohamed Ali Ghannam, wali du Souss-Massa-Drâa. C'était lors d'un atelier sur la gestion intégrée du littoral organisé par le projet Swim-Usaid (Souss Massa Integrated water management) et l'agence du bassin hydraulique du Souss Massa le 2 et 3 décembre dernier. L'objectif de cette rencontre est de mettre en place un processus de gestion intégrée du littoral. Selon les représentants de Swim, cette action a pour le moment bénéficié d'un soutien financier de 370.000 dollars de l'Usaid. Une enveloppe qui a permis entre autres d'organiser un voyage d'études aux USA pour plusieurs partenaires de Swim. Agadir, dans le cadre de cette démarche, abritera un projet-pilote qui sera déterminé par le comité régional du projet Swim. En attendant, le séminaire a permis d'identifier et de hiérarchiser les problèmes du littoral. Ils sont nombreux à en croire les différents partenaires de Swim. Pollution et rejets en mer des déchets industriels et des navires, dégradation des ressources marines et des estuaires, surexploitation anarchique des zones côtières, pêche abusive et destructrice, sont quelques-uns des maux qui menacent le littoral. Au niveau notamment d'Agadir, dont les côtes s'étendent au nord à Tamri et au sud à Sidi Ifni, des chercheurs universitaires ont indiqué que le milieu marin reçoit plusieurs rejets déversés sans traitement préalable. Ceci sans oublier les apports telluriques par le biais des rivières et des oueds. Le travail à réaliser est donc énorme pour assurer une gestion durable de la zone côtière du Souss Massa qui souffre également de l'érosion des plages. Pour certains participants, la sauvegarde de ce territoire à la fois riche et fragile passe tout d'abord par la mise en place d'une politique côtière et d'un cadre juridique définissant clairement les responsabilités institutionnelles. Actuellement, dans l'attente de la loi sur la protection et la mise en valeur du littoral, le texte est au stade d'avant-projet, aucune loi spécifique ne définit clairement l'exploitation de ce territoire. Même la loi sur l'eau 10/95 n'apporte aucune disposition sur la préservation de ces zones. Reste que la sauvegarde de celles-ci repose, au-delà de la nécessité d'un cadre légal, sur la sensibilisation de tous les acteurs, qu'ils soient du secteur public ou du privé ou encore de la société civile. Le concept de gestion intégrée du littoral est nouveau, aux USA il remonte à 1980, il est nécessaire donc d'impliquer tout le monde.


Ce qu'est le projet Swim
Contribuer à l'amélioration de la gestion des ressources en eau dans le Souss-Massa-Drâa, tel est l'objectif du projet Swim. Etalé sur une période de cinq ans, ce projet a démarré en 2000. Il s'articule autour de trois principaux axes. Le premier porte sur l'assistance technique au profit des institutions et des politiques de gestion intégrée des ressources hydriques. Le deuxième vise à identifier et diffuser les meilleures pratiques dans ce domaine à travers de nouvelles technologies. Enfin, le troisième volet concerne la mise en place d'une gestion participative de la ressource.De notre correspondante, Malika ALAMI
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc