×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L'USAID et l'IAV créent une clinique des plantes

    Par L'Economiste | Edition N°:301 Le 23/10/1997 | Partager

    Les producteurs du Souss-Massa ont un centre de diagnostics fiables. Double objectif: augmenter la productivité et s'adapter aux exigences des marchés extérieurs. Une concrétisation de plus du programme global de l'USAID dans l'agribusiness.


    La compétitivité des produits agricoles se joue avant tout en amont de la filière. Pour répondre aux exigences des marchés extérieurs, l'Institut Agronomique et Vétérinaire (IAV Hassan II) vient, avec l'appui de l'USAID, de doter le Complexe Horticole d'Agadir de nouvelles installations. Il s'agit essentiellement d'une clinique des plantes et d'un laboratoire destinés à répondre aux besoins des producteurs de la région du Souss-Massa en matière d'utilisation des produits phytosanitaires et des fertilisants. "Cette structure fournira des diagnostics rapides et fiables sur les ravageurs des végétaux et permettra d'effectuer des analyses de sols, de végétaux et d'eau, le tout à un prix raisonnable", explique M. Allen Fleming, responsable du projet Agribusiness de l'USAID. La démarche consiste donc à identifier le problème et fournir les informations et des recommandations pour aider à la prise de décision en matière de gestion.

    L'un des axes de développement de la lutte intégrée est le contrôle biologique. Ce dernier contribue à la rationalisation dans l'utilisation des pesticides afin de réduire les résidus dans les produits consommés localement ou exportés, conformément à la réglementation en vigueur des pays clients.
    Il s'agit également de favoriser les relations de partenariat entre l'IAV et les associations professionnelles afin de trouver des solutions de contrôle des ravageurs et généraliser l'utilisation de fertilisants non nocifs pour l'environnement, l'objectif final étant d'accroître la productivité, d'améliorer la qualité des produits agricoles et répondre aux normes des pays importateurs.
    Plus globalement, le projet de promotion de l'agribusiness au Maroc (PPAM) de l'USAID aura rempli plusieurs tâches depuis son démarrage en 1992, et a axé ses actions sur l'amélioration des capacités des entreprises agro-industrielles privées à produire, conditionner et commercialiser des produits agricoles à forte valeur ajoutée. Le projet mené avec le MAMVA sera bouclé en juin 1998. Il aura requis une contribution de l'USAID de 18 millions de Dollars.

    A ce jour, les actions réalisées en partenariat avec l'IAV de Rabat ont porté sur des cycles de formation en gestion et en technologies alimentaires destinés aux entreprises agro-industrielles. Les séminaires de formation rencontrent un écho favorable de la part des entreprises. "En outre, une fois équipée, la halle-pilote de technologie et du génie des procédés montée sur le site de l'IAV de Rabat développera à la demande des opérateurs de meilleurs procédés de transformation", ajoute M. Fleming. Concrètement, cette usine-pilote est appelée à conduire des procédés tels que la mise en boîte ou la congélation. Cependant, pour assurer la pérennité globale du projet, l'un des challenges futurs sera d'entretenir l'intérêt du secteur privé. A en croire l'expert américain, le centre d'Agadir a l'avantage de profiter d'une demande potentielle importante des producteurs de la région.

    Les réalisations du projet


    · Le projet "PPAM" via l'Agribusiness-Marketing-Investement, aura contribué à l'exportation de produits horticoles pour une valeur de 53,9 millions de Dollars.
    · Ces exportations ont été réalisées pour 83% dans des marchés nouveaux et ont porté pour 51% sur des produits nouveaux.
    · 137 entreprises marocaines ont bénéficié de transferts de technologies américaines.
    · La FDA a délivré au Maroc le premier "Better Process Control School" en Afrique (école du meilleur contrôle des procédés).
    · Le projet a contribué à l'introduction de certaines normes américaines d'hygiène alimentaire dans le projet des nouveaux règlements marocains.
    · Il a permis l'amélioration du principal laboratoire d'analyses des exportations de l'EACCE à Casablanca et la fourniture d'équipements pour la mise en service de la première station de mise en quarantaine de Bouznika.
    · Il a soutenu la mise en application de la nouvelle loi sur la protection des obtentions végétales.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc