×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Loisirs: Les enfants s'ennuient à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:301 Le 23/10/1997 | Partager

    L'offre de loisirs pour enfants reste maigre comparée aux restaurants, salles de jeux, clubs... qui se multiplient pour le plus grand plaisir des grands. Petit tour d'horizon.


    Les enfants sont les grands oubliés des investisseurs en matière de loisirs. C'est un secteur sensible et pas assez rentable, prétextent certains. Résultat: A part le parc des jeux de la Ligue Arabe ou celui de Sindibad à Casablanca, les parents se demandent souvent où emmener leurs petits un mercredi après-midi ou un week-end.
    Un nouveau-venu sur le marché, le Flunshy's, une annexe de l'hôtel El Kandara, se veut «un lieu privilégié pour les sorties en famille», souligne son gérant, M. Driss El Moumen. Son restaurant self-service offre des menus enfant avec surprise.
    Une salle de jeux et de divertissement est spécialement aménagée à côté. Des animateurs et des monitrices y encadrent les enfants. Les moins de 14 ans doivent obligatoirement être accompagnés. Les parents peuvent profiter d'un bar, d'un cybercafé et d'une terrasse, en attendant que les petits loups se fatiguent.

    Des forfaits sont proposés pour l'organisation d'anniversaires avec décoration, gâteaux, cadeaux, animation et surprises. «Avec une capacité de 300 personnes, nous arrivons même à organiser 3 ou 4 anniversaires à la fois. Cela crée une meilleure ambiance», explique M. El Moumen.
    Côté sécurité, «une infirmière qualifiée intervient rapidement pour les soins d'urgence et un pédiatre arrive au bout de 15 minutes», assure le gérant. Les restaurants MacDonald's aussi créent de plus en plus d'aires de jeux. Cela va d'une terrasse aménagée avec 16 activités pour le restaurant de la corniche à un petit espace de 3 ou 4 jeux pour les centre-ville.
    Des soirées spéciales et des programmes d'animation sont montés à différentes occasions et selon les périodes: concours de maquillage, soirées henné pour les petites filles pendant le Ramadan, tombolas, concerts de jeunes musiciens, expositions de jouets et d'articles pour enfants, fête de fin d'année...
    Le menu enfant et la formule anniversaire sont également proposés. «A l'occasion de l'ouverture prochaine d'un nouveau restaurant au Mâarif, des offres spéciales de bienvenue et un programme riche et varié dureront trois semaines: jeux vidéo et multimédia, animation musicale, déguisements, karaoké... et tombola», explique Mlle Samira Rachidi, assistante marketing de MacDonald's.

    Joindre l'utile à l'agréable


    Parallèlement, certaines salles de cinéma organisent des matinées enfants avec films ou dessins animés. C'est le cas entre autres du Dawliz Corniche à Casablanca et du Dawliz Salé.
    La sortie au zoo, qui faisait la joie des petits il y a une dizaine d'années, a perdu de son attrait en cours de route. Le zoo de Aïn Sebaâ s'est appauvri en animaux et celui de Témara est trop loin pour ceux qui ne sont pas motorisés.
    Même les grandes surfaces s'y mettent avec un ou deux manèges et quelques machines à sous. Cela sert surtout à occuper les petits pendant que les parents font leurs courses.
    En général, les mercredis après-midi, les parents n'ont pas le temps de s'occuper de leurs enfants. Si en plus ils ont un souci de leur faire profiter de leur après-midi en leur apprenant des choses utiles, ils ont la possibilité de les inscrire dans des ateliers.

    Les enfants y sont admis à partir de l'âge de 6 ans. Le Carrefour des Arts organise des «Mercredis de l'art». La devise y est: s'informer, rencontrer, réaliser. Des activités artistiques et des rencontres des artistes-peintres, des musiciens, des écrivains...
    A l'espace enfant chaque jour de la semaine, les artistes en herbe y feront connaissance avec le théâtre, la musique, le chant, l'architecture, l'art pictural...
    A la Fédération des Oeuvres Laïques au Maroc (FOL), les élèves du primaire et de la maternelle, n'ayant pas classe certains après-midi de la semaine, peuvent profiter des activités artistiques organisées: initiation à l'anglais par le jeu, atelier dessin-peinture, chorale enfants, travaux manuels...
    Et pour le plaisir de lire, une bibliothèque est ouverte toute la semaine et animée par «L'heure du conte».
    Cette même formule d'ateliers est adoptée depuis plusieurs années par les Instituts Français implantés dans plusieurs villes du Maroc.
    La demande est là, et elle se fait de plus en plus pressante, il serait temps d'y répondre.

    Hanaâ FOULANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc