×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

«L'incendie de la raffinerie est dû à deux erreurs humaines»
Entretien avec Abderrahman Saaïdi, administrateur-directeur général de la Samir

Par L'Economiste | Edition N°:1608 Le 24/09/2003 | Partager

Après le sinistre du 18 septembre, Abderrahman Saaïdi explique les causes. Il donne également le détail des projets de modernisation de la raffinerie de Mohammédia. Ce sont 40 millions de dollars qui ont été engagés jusque-là. L'Economiste: Deux incendies en moins de dix mois, cela fait tout de même une drôle de coïncidence?- Abderrahman Saaïdi: Il est important de savoir que chaque accident est le résultat d'une conjonction de causes, dont une est la cause mère.Pour le sinistre du 25 novembre 2002, la cause mère était d'origine naturelle consécutive aux inondations qui ont frappé la ville de Mohammédia et noyé la raffinerie dans une mer, variant par endroits de 1,5 à 2m de hauteur avec un débit de près de 400m3/seconde. Il s'agissait d'une catastrophe naturelle contre laquelle aucune raffinerie au monde ne saurait résister. Nous avions entrepris toutes les mesures possibles pour éviter le feu, mais l'importance et la vitesse de déferlement des crues ne nous ont pas laissé le temps de mettre les installations en sécurité.L'incendie du 18 septembre est pour sa part dû à la conjonction de deux erreurs humaines. La première a trait au non-respect d'une consigne opératoire. La seconde relève du comportement irresponsable d'un agent travaillant pour une société de sous-traitance.Contrairement à l'incident de novembre dernier, l'incendie du 18 courant n'a aucun impact sur le fonctionnement de la raffinerie. La Samir continue d'approvisionner le marché de façon normale et régulière. De même, aucune perte humaine ou blessé grave ne sont à déplorer et les dégâts matériels sont limités au réservoir qui a pris feu.. Quel est l'état d'avancement du projet de modernisation de la raffinerie de Mohammédia annoncé par Corral?- A ce jour, toutes les étapes nécessaires au lancement des travaux de construction sont pratiquement franchies, y compris l'acquisition des technologies et la préparation du site devant accueillir les nouvelles installations. Le montant des investissements réalisés à ce stade est de 40 millions de dollars.Il est à noter que la configuration initiale du projet a été lègèrement modifiée pour répondre aux nouvelles exigences de l'environnement économique et réglementaire national, annoncées en juillet 2002.En outre, à l'occasion des travaux de réhabilitation de la raffinerie de Mohammédia, des préinvestissements portant sur la construction d'unités annexes de production d'utilités (électricité, vapeur, eau déminéralisée) et de traitement des eaux résiduaires ont été engagés. Ils ont nécessité une enveloppe de près de 50 millions de dollars.Le planning de réalisation, l'étendue du projet ainsi que son impact socio-économique ont déjà fait l'objet d'une présentation au ministère de l'Energie et des Mines.Le démarrage des nouvelles orientations du gouvernement font l'objet d'analyse par un cabinet spécialisé qui doit évaluer les possibilités de la délocalisation demandée.. A votre avis, quelles sont actuellement les dispositions qui devront être prises pour que de tels incidents ne se reproduisent plus à la Samir?- De prime abord, il est important de rappeler que le risque zéro n'existe pas et que toute sécurité n'est que relative.L'industrie du raffinage, comme toute industrie classée, compte des risques qui sont inhérents à la nature de l'activité. Pour le cas qui nous concerne, bien que nous maîtrisions déjà notre outil, l'action immédiate à prendre après l'occurence d'un accident, c'est d'analyser et de revoir les dispositifs de prévention et de protection pour les renforcer davantage.Les mesures urgentes à mettre en place porteront sur:• La multiplication des rondes de contrôle journalières,• L'interdiction aux sociétés de sous-traitance de placer leurs propres gardiens de nuit à l'intérieur de la raffinerie.• L'évacuation des baraquements des sociétés sous-traitantes hors de la zone des unités,• La sensibilisation du personnel sur l'application stricte des consignes hiérarchiques.. A présent que toutes les installations Samir sont opérationnelles, souhaiteriez-vous rétablir les droits à l'importation?- Comme vous le savez, l'Etat avait décidé la suppression des droits de douane sur les importations des produits pétroliers quand la Samir était sinistrée. Cette mesure provisoire a été prise dans l'intérêt du pays en vue d'assurer un bon approvisionnement du marché en attendant que la Samir retrouve sa capacité de production.Depuis juillet dernier, date de la remise en marché de l'unité de production n°3 de la raffinerie de Mohammédia, la Samir est opérationnelle à 100%. Nous disposons aujoud'hui d'une capacité de traitement de 23.000 tonnes par jour, ce qui nous permet de faire face à la demande en produits pétroliers. Il est donc légitime que les droits de douane soient rétablis conformément au calendrier de démantèlement mis en place par le gouvernement en juillet 2002.Propos recueillis par Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc