×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Les USA proclament la réussite de l'ALENA

Par L'Economiste | Edition N°:1674 Le 31/12/2003 | Partager

. 4 autres pays de l'Amérique latine rejoindront le groupementLes Etats-Unis célèbrent le dixième anniversaire du Traité de libre-échange de l'Amérique du Nord (ALENA), considéré par Washington comme un “formidable succès” qui a permis, en unissant les économies du Canada, du Mexique et des Etats-Unis, de doubler les exportations américaines vers ces deux voisins. Le Maroc est concerné par un accord de libre-échange avec les USA, dont la signature est prévue pour avril 2004.Dans un rapport rédigé à l'occasion de cet anniversaire par le bureau du secrétaire au Commerce Robert Zoellick, il semblerait que l'Alena, durant les dix premières années de son existence, est un succès fabuleux pour les Etats-Unis et leurs partenaires. Il a aidé les Américains à mieux travailler, plus intelligemment, à gagner davantage d'argent et à augmenter leur pouvoir d'achat. “Cela a également permis d'accroître les échanges, d'améliorer la productivité du travail, de créer des emplois plus qualifiés et des salaires plus élevés”, ajoute le rapport. Selon le département américain au Commerce, les échanges entre les trois pays ont plus que doublé en dix ans, passant de 306 milliards à 621 milliards de dollars et les exportations des Etats-Unis vers le Canada et le Mexique ont progressé sur la même période de 142 milliards à 263 milliards de dollars. Par ailleurs, le ministère affirme que chaque foyer américain de quatre personnes en moyenne récupère 930 dollars annuellement en revenus et retombées fiscales grâce à l'Alena. Il souligne que des négociations sont en cours pour développer ce marché à quatre pays d'Amérique centrale: le Salvador, le Guatemala, le Honduras et le Nicaragua. Toutefois, ce traité ne semble pas faire l'unanimité. Ses opposants dénoncent un accord qui s'est soldé par la suppression de quelque 766.000 emplois aux Etats-Unis, principalement dans les secteurs industriels comme la confection, l'électronique et l'automobile. En conséquence, le déficit commercial américain a considérablement augmenté du fait de l'Alena. Sarah Anderson, une experte de l'Institut d'études politiques de Washington, a souligné qu'”au lieu d'avoir un excédent commercial avec ces pays, Washington enregistre des déficits massifs avec le Mexique et le Canada” qui se sont multipliés par 10 quasiment en dix ans, passant de 9 milliards de dollars en 1993 à 87 milliards en 2002. Plus d'un demi-million de salariés américains ont dû être reconvertis. Ils étaient employés par des entreprises qui ont soit décidé de transférer leur production au Mexique ou au Canada ou ont simplement fermé leurs portes incapables d'affronter la concurrence mexicaine et ses bas salaires, a expliqué Anderson. Au niveau de l'agriculture, les résultats de ce traité sont également contestés et, selon un groupe de travail latino-américain, il s'avère que “les bénéfices de l'Alena ont favorisé en priorité les gros producteurs” et ont en revanche “eu un impact négatif sur les petits exploitants agricoles américains”.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc