×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Les marchés émergents ont porté les fusions-acquisitions

    Par L'Economiste | Edition N°:3434 Le 29/12/2010 | Partager

    . L’énergie et la finance en tête. Augmentation de 20% en un an 2010 n’aura pas signé le grand retour des fusions-acquisitions stratégiques. La valeur de l’ensemble des entreprises qui ont changé de mains au cours de l’année atteint 2.247 milliards de dollars, en augmentation de 20% en un an, d’après les données de Thomson Reuters. La valse des opérations a été menée par la finance mais également par l’énergie. Ces deux secteurs représentent respectivement 11 et 10% de l’ensemble des opérations, selon le cabinet Dealogic. Les transactions supérieures à 10 milliards de dollars se sont faites rares en 2010, alors qu’elles représentaient près de 30% du marché ces deux dernières années. Les incertitudes réglementaires, notamment pour le secteur financier, combinées à une Bourse erratique, ont freiné plusieurs projets d’envergure, selon des analystes cités par la presse. De façon générale, les pays émergents ont tenu le haut du pavé cette année. Avec 336,3 milliards de dollars échangés en 2010, ils ont représenté 17% de l’ensemble des transactions, un record historique. La majorité de ces opérations ont été liées soit au mouvement de consolidation dans les télécoms, soit à la volonté des entreprises des marchés émergents, notamment chinoises, de sécuriser leur accès aux ressources naturelles ou technologiques. Pour la majorité des analystes, 2011 devrait confirmer cette tendance, avec une forte activité attendue du côté des entreprises asiatiques. Les transactions pourraient ainsi excéder 3.000 milliards de dollars l’année prochaine. A noter que BNP Paribas est restée en tête du classement annuel des banques conseil en fusions et acquisitions en France en 2010. Une année marquée par un fort ralentissement de l’activité, selon le bimensuel Fusions et acquisitions magazine. La banque française a conseillé au total 65 opérations correspondant à un montant de 35,1 milliards d’euros. Pour l’année qui s’achève, la banque devance Rothschild (19,7 milliards pour 61 opérations) et Deutsche Bank (18,8 milliards pour 15 opérations), l’allemande, 12e du dernier classement, ayant été rejointe par une partie des équipes de Bank of America-Merrill Lynch. La deuxième banque française, Société Générale, pointe à la 7e place (16,5 milliards pour 20 opérations) et la troisième, Crédit Agricole CIB, au 8e rang (14,9 milliards pour 24 opérations). De son côté, la banque d’affaires franco-américaine Lazard se classe 9e, avec 14,8 milliards pour 28 opérations. F. Z. T

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc