×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Les détails de la panne

Par L'Economiste | Edition N°:2427 Le 21/12/2006 | Partager

LES fluctuations du mardi 20 décembre sont intervenues dans une mini séance d’une heure et quelques minutes. Décidément, les investisseurs n’ont pas besoin de beaucoup de temps pour mettre le paquet ! En fait, «Le processus de cotation s’est arrêté moins de dix minutes après le début de la séance. Cela est dû à un numéro erroné qui s’est infiltré dans le système. Bien qu’ils soient très rares, ces blocages peuvent intervenir dans tous les systèmes de cotation», explique Omar Drissi Kaitouni, directeur des systèmes d’information à la Bourse de Casablanca. Les analystes sont unanimes à dire que cette panne a contribué à la baisse d’avant-hier. Elle a exacerbé la tension qui hante le marché depuis le début jeudi dernier. En dépit des déclarations «rassurantes» de la société gestionnaire, la reproduction d’un tel phénomène ne passera pas sans dégât. Qu’est-ce qui s’est réellement passé mardi dernier en Bourse ? La panne est intervenue moins de dix minutes après le début des transactions provoquant l’arrêt immédiat des transactions. Tout de suite après, les intermédiaires ont signalé l’anomalie à la société gestionnaire qui leur a expliqué les détails du problème.La panne a été perçue différemment chez les investisseurs. Si certains l’ont facilement assimilée, d’autres, dont principalement des petits porteurs, ont été sérieusement perturbés.Il fallait attendre près de quatre heures avant que le système soit relancé. Les techniciens de la Bourse ont même consulté leurs partenaires d’Euronext pour réparer la panne. Dès la reprise des transactions à 14h 30, les petits porteurs se sont précipités pour exécuter leurs ventes programmées en début de séances, notamment sur la valeur Addoha. Face à cet engouement, les institutionnels ont essayé de soutenir le cours de cette valeur en achetant à des cours élevés. Des sources proches du marché affirment que la plupart des actions vendues ont atterri chez Attijari Intermédiation.Le risque d’une panne similaire à celle d’avant-hier va sensiblement diminuer après l’installation du nouveau système de transaction en mars 2007. N.Sq

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc