×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le port d’Algésiras en perte de vitesse

Par L'Economiste | Edition N°:3432 Le 27/12/2010 | Partager

. 5% de baisse en matière de trafic conteneurs. Le Port subit de plein fouet la concurrence de TangerMed LE port espagnol d’Algésiras continue de perdre des parts de marché au niveau du Détroit. Selon les prévisions annoncées par la direction de ce port, l’année risque de finir sur une nette chute au niveau du trafic de conteneurs de près de 5%. Selon les prévisions de l’autorité portuaire de la baie d’Algésiras, en charge de la gestion de ce port et de celui de Tarifa, le volume total devra atteindre près de 2,9 millions de conteneurs, soit un peu moins du double du volume nominal actuel que réalise le port TangerMed. Cette baisse est le résultat de la chute depuis la mi-2010 du trafic de plus de 20% au port d’Algésiras. La cause n’est autre que l’accélération et la montée en puissance continue du complexe portuaire de TangerMed. Ce dernier a réalisé depuis son entrée en service des croissances spectaculaires avec des taux interannuels de plus de 40%. Le score d’Algésiras est d’autant plus décevant qu’il a connu en 2010 le démarrage d’un quai à conteneurs supplémentaire attribué à Hanjin, en plus du quai historique exploité par Maersk. A noter qu’en plus de la concurrence de TangerMed, d’autres facteurs entrent en ligne pour expliquer la chute du trafic à Algésiras. Il s’agit d’abord de la décélération de l’économie espagnole dont le port d’Algésiras est l’une des principales portes d’accès. D’autre part, le port souffre d’une réelle crise de productivité dont se plaignent même ses autorités. Celles-ci ont lancé dernièrement un appel aux opérateurs de ce port pour explorer des pistes de réflexion sur la réduction des coûts et sur l’augmentation de la productivité. Algésiras a même donné l’exemple en réduisant de manière rétroactive 50% des taxes portuaires sur l’ensemble des opérations concernant le trafic de marchandises. Mais c’est au niveau de l’élément humain que le bât blesse. En effet, le personnel des opérateurs des quais à conteneurs concédés à Algésiras constitue le principal frein à l’augmentation de l’attractivité de ce port. Le personnel contribue pour plus de 50% au coût de traitement du conteneur et le manque de flexibilité des dockers d’Algésiras est notoire au risque de provoquer des grèves sauvages (cf. www.leconomiste.com) Par contre, Algésiras arrive à se démarquer au niveau des marchandises en vrac. Le volume a connu une nette augmentation de plus de 14% par rapport à l’année 2009.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc