×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès-Formation professionnelle
Forte demande sur l’artisanat

Par L'Economiste | Edition N°:3432 Le 27/12/2010 | Partager

. Déjà 140 lauréats sur le marché du travail. Techniques de commercialisation et insertion…en prioritéLE Centre de formation et de qualification dans les métiers de l’artisanat de Fès connaît une forte demande.Venant tout juste de mettre sa première promotion sur le marché du travail, l’établissement reçoit beaucoup de demandes d’inscription. Ceci, surtout, après le succès des premiers 140 lauréats formés dans différents domaines (cuir, tissage, bois, céramique, dinanderie…).«Actuellement, nous avons 450 apprentis en cours de formation et nos ambitions sont grandes pour répondre à l’ensemble de la demande au niveau de la région». Les propos sont d’Abou Jaâfar, directeur du centre. C’était la semaine dernière lors du conseil d’administration (CA) de l’établissement. Un rendez-vous auquel se sont joints notamment Anis Birou, secrétaire d’Etat Chargé de l’Artisanat, Hafid Kamal, DG de l’Anapec, Larbi Ben Cheikh, DG de l’OFPPT, en plus des responsables de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, la Ville, la Région, la préfecture, et la commune de Mechouar. Ce sont, d’ailleurs, ces mêmes entités qui participent au financement du fonctionnement du centre. Leurs subventions durant l’année 2010 se chiffrent à 7,26 millions de DH. Intervenant une année après l’ouverture dudit centre, le CA était une occasion de rappeler ses principales orientations. Inauguré en novembre 2009, la réalisation de l’établissement a nécessité une enveloppe budgétaire de 36 millions de DH. Etant à vocation socioprofessionnelle, entités publiques et privées locales, tissu associatif et artisans y sont impliqués. «Nous favorisons une meilleure synergie entre nos partenaires à travers les ateliers de production, les structures de formation, les espaces de promotion et les centres d’assistance aux projets individuels et d’insertion socioprofessionnelle», explique Abou Jaâfar. L’action du centre, poursuit-il, est focalisée sur l’organisation de sessions de formation continue au profit des artisans et maîtres artisans en matière de gestion (initiation aux techniques de commercialisation, aux nouvelles technologies, normes de qualité, hygiène, sécurité) ainsi que l’information et l’assistance des jeunes lauréats pour leur insertion dans le monde du travail. Côté formation, les programmes dispensés regroupent la formation par apprentissage, prise en charge par le département de l’Artisanat, la formation de base assurée par l’OFPPT, et des programmes spécifiques dispensés par les professionnels du secteur. Le tout s’étale sur une année. Une durée qui est jugée insuffisante par les membres du CA mais aussi par les apprentis. D’où l’idée de rajouter une année supplémentaire pour perfectionner le savoir-faire de ces derniers. La question est à l’étude. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]om
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc