×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Le GBP va renforcer le régional et s'ouvrir à l'international

Par L'Economiste | Edition N°:624 Le 26/10/1999 | Partager

· La restructuration par le renforcement de l'autonomie des banques populaires régionales
· L'ouverture sur l'international par l'exploitation de partenariat avec des banques populaires étrangères
· Développer la diversification des nouveaux métiers de la banque

Quel rôle pour les banques populaires dans le cadre des présentes mutations de l'environnement économique et financier? La définition de la sphère d'action des BP a été l'axe principal de leur 7ème congrès tenu les 22 et 23 octobre à Marrakech. Cadres de la BP, opérateurs, collectivités locales, gouvernement et institutionnels, tous étaient représentés à cette manifestation. Pendant deux jours, ils ont eu l'occasion de réfléchir sur les orientations futures de la banque.
Au départ, la configuration de la restructuration de la banque s'est traduite par un projet de loi à l'étude actuellement au Parlement. Ses trois objectifs se résument dans le renforcement de l'indépendance des Banques Populaires Régionales, l'installation de mécanismes de contrôle et de suivi de l'activité du groupe et enfin l'ouverture du capital de la BCP. Il en ressort que le groupe des banques bopulaires (GBP) est désigné par le gouvernement comme l'outil par excellence pour la dynamisation de la région. Le groupe BP s'est lui aussi interrogé sur les moyens et la manière dont il envisage de concrétiser son rôle dans la région. Il s'agissait de savoir comment les BPR vont-elles optimiser l'épargne régionale, comment l'utiliser localement et surtout comment les BPR contribueront-elles au financement des projets économiques des collectivités locales?
La commission chargé de ce dossier a présenté une série de recommandations. Dans l'ensemble, celles-ci parlent de l'impératif de poursuivre le regroupe- ment des BPR. Ce mouvement donnera lieu à des entités autonomes, des banques à part entière de taille à faire face aux exigences de la région. Dans la foulée, une restructuration des agences au niveau de chaque région doit être opérée. L'objectif est de dispenser un service personnalisé à la clientèle. Des stratégies de marketing et de communication sociale seront à la base de cette approche. Quant aux modalités de financement, la commission recommande, entre autres, de renforcer le rôle des sociétés de développement régionales par la formule du capital risque ou par le capital investissement. Le financement sera orienté vers des projets d'investissements régionaux à fort potentiel d'emplois et à ceux structurant garantis par l'Etat ou par la région. Ces orientations doivent s'insérer dans une stratégie d'ensemble dont l'objectif est la maîtrise des évolution structurelles de l'environnement bancaire.
En effet, le groupe BP table sur le développement des prestations bancaires génératrices de commissions. Aussi l'augmentation du PNB reste-t-elle l'une des priorités du groupe. Ce faisant, ce dernier mise sur la surveillance des risques liés aux opérations de crédit et la mise en place d'une gestion dynamique du risque-marché. La diversification de l'activité du groupe figure elle aussi parmi sa stratégie. La bancassurance est citée en premier lieu. Le groupe est déjà positionné dans l'assurance-vie et négocie actuellement avec les sociétés spécialisées pour se lancer dans l'assurance dommage.
S'agissant de l'international, le groupe négocie via la BCP avec des partenaires allemands et autrichiens pour développer le correspondant banking. Il vise à travers ces alliances de pénétrer les marchés de l'Europe de l'Est. Il faut préciser au passage que les dirigeants du groupe refusent "tout partenariat avec des banques qui n'ont pas la même philosophie que lui". D'autres actions porteront sur le développement de la monétique et des formules de partenariat banque-entreprise (capital risque et capital investissement).
Les nouvelles technologies ne sont pas en reste. Le groupe a conçu un projet d'entreprise où les nouvelles technologies constituent la carte maîtresse. D'abord, pour maîtriser l'information. Ensuite, pour améliorer la rentabilité et développer les prestations de la banque, et enfin pour aboutir à la mise en place de la banque directe.
En somme, le groupe des banques populaires voudrait assurer sa restructuration dans la continuité. Restructuration de la structure par une autonomie des BPR, mais tout en gardant des relations d'interdépendance entre toutes ses composantes. Les transformations passeront également par l'ouverture du capital de la BCP qui nécessitera une conversion en SA. Celle-ci devrait, selon le projet d'entreprise, être contrôlée dans une large mesure par les BPR qui siégeront dans son comité de direction.
Toutefois ces changements s'inscrivent dans la continuité dans la mesure où le groupe entend renforcer son rôle social. Son statut de coopérative constituerait un atout dans la réalisation de ces objectifs. M. Maâroufi, président du GBP, a bien résumé la philosophie de la banque en soulignant que son groupe restera toujours une banque pour les MRE, les artisans, les jeunes promoteurs et PME.

Khalid TRITKI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc