×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Economie

Le business en ligne gagne du terrain

Par L'Economiste | Edition N°:3333 Le 04/08/2010 | Partager

. Les achats via le net en hausse. Epiceries, vêtements, voyages… tout marche APRÈS l’Europe, le boom du commerce sur la toile a fait une progression quasi fulgurante. Preuve en est l’essaim d’e-business d’origine marocaine offrant une panoplie de biens et services: livremoi.ma (livres), epicerie.ma, DMJ (jeans), vente online, offshore online, babouche shop en ligne, Jet4you.com…soit une quarantaine de sites marchands offrant divers services et produits. Cet engouement provient du côté souple et lucratif très attractif de ce marché au grand potentiel: en France, 73,5 millions de transactions en ligne entre le deuxième trimestre 2009 et le deuxième trimestre 2010, soit une hausse de 30% par rapport à la même période 2008-2009. Au Maroc, le secteur est également très prometteur. En effet, avec plus de 8 millions d’internautes, 84.000 abonnés internet, 5 millions de porteurs de cartes bancaires, le e-commerce a un bel avenir devant lui. Son côté pratique séduit aussi de plus en plus de porteurs de projets. Il n’y a, de fait, ni loyer ni tous les frais de fonctionnement à engager pour des boutiques. De plus, des compagnies offrent aujourd’hui des chartes graphiques qui peuvent être prêtes en 15 jours ainsi que des modèles de business sur mesure ou standard qui facilitent la mise en place du business. A titre d’exemple, le site de DMJ a coûté à son promoteur 500.000 DH. Il n’existe pas non plus de limites horaires puisque les commandes peuvent être effectuées 24h/24, ni de limites géographiques puisque la zone de chalandise s’étend aussi bien au niveau national qu’international. A ce sujet, DMJ, pionnière en matière de vente de jeans personnalisés et filiale du groupe Modaline, installée à Ben M’Sick «dessert surtout une clientèle internationale», confie son directeur général, M’Hamed Bouamar. «Nous espérons aussi toucher la clientèle marocaine», ajoute-t-il. A noter que l’entreprise propose aux internautes de choisir la coupe, le tissu et la couleur de leur pantalon. «Si le jean ne convient pas, il est tout simplement échangé». La flexibilité s’observe aussi en matière d’échange avec le consommateur pour une amélioration du produit ou en cas de réclamation. En effet, DMJ ou www.épicerie.ma recontactent systématiquement leurs clients dès réception de leur commande. Au niveau technique, certains peuvent héberger leur serveur en Europe pour s’assurer qu’il n’y a pas d’interruptions techniques des ventes en cas de haute fréquentation du site et aussi par souci de sécurité. Cependant, au-delà de tous ces avantages, une certaine rigueur est nécessaire à plusieurs niveaux. Notamment en matière de vide juridique en cas de non satisfaction du client. «Chez nous, quand le jean ne convient pas au client, il est échangé», affirme la direction de DMJ. Mais, souvent, les recours après un achat en ligne restent lettre morte. Les modalités de paiement peuvent aussi constituer un obstacle. Aujourd’hui, le Centre monétique interbancaire( CMI ) et Maroc télécommerce sont quasi omnipotents en matière de commissions et d’autorisations. Cela peut décourager certains e-commerces. Selon le directeur général de DMJ, CMI peut revenir sur une autorisation de carte même un mois plus tard tout en gardant sa commission. Dans ce cas, il semble que souvent les règlements par chèque ou en espèces à l’agent de livraison demeurent les favoris des consommateurs. Les ventes chez epicerie.ma, par exemple, sont réglées à 70% par chèque, 20% par carte bancaire et 10% en espèces. Ces exigences n’entravent pas la réalisation de bonnes affaires pour les commerçants en ligne. Si en 2008, ce marché a généré un chiffre d’affaires de 35 millions de DH, les professionnels du secteur visent, d’ici 2 à 3 ans, 80 millions de DH. Pour sa part, DMJ affirme -après huit mois- couvrir ses frais de fonctionnement et espère rembourser l’investissement de départ constitué d’apport personnel des deux actionnaires du site, Ratib Abdelmoula et Mourad Karroum. Malgré toutes les contraintes liées au développement du commerce en ligne, épicerie.ma réalise un chiffre d’affaires de 5 millions de DH, soit deux fois plus que ce qu’il avait prévu en 2008. Un succès qui l’encourage à étendre son réseau à Rabat, en septembre prochain.Tina ZSCHIEGNER avec F.E.O.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc